Navigation – Plan du site

Présentation

Économie rurale a été créée en 1949 pour « favoriser la diffusion des connaissances en économie rurale ». Créée par la Société Française d’Economie Rurale (SFER, association Loi 1901), éditeur de la revue, elle contribue aux débats scientifiques sur les évolutions sociales, politiques et économiques du monde agricole et rural.

Dernier numéro en ligne
356 | novembre-décembre 2016
Varia

Recherche
 L’évolution chronologique du concept d’agriculture écologiquement intensive, et les jeux d’acteurs associés, sont décrits à partir d’une analyse textuelle réalisée sur un corpus de presse. Le processus d’institutionnalisation de l’agriculture écologiquement intensive semble se heurter à un détournement d’opportunité.

La notion d’agencement marchand, issue de la sociologie de l’acteur-réseau, est utilisée pour étudier les changements organisationnels qui permettent le développement commercial de l’agriculture biologique ou des circuits courts de proximité. Elle permet de voir en quoi ces changements organisationnels sont sources ou non de conventionnalisation.

 L’innovation environnementale est analysée dans le secteur agroalimentaire français. Une application empirique originale de l’approche en termes de système sectoriel d'innovation montre que ce sont l’innovation incrémentale et les changements organisationnels qui sous-tendent l’innovation environnementale dans les industries agroalimentaires.

Le changement de régulation du secteur laitier suisse est analysé sur la base d’entretiens auprès des principaux intervenants de ce secteur. Les avis des différents membres de la filière divergent sur la réussite de la nouvelle politique suisse, fondée sur la mise en œuvre de contrats. L’organisation et l’encadrement de la filière conditionnent le succès de ces contrats.

Une typologie met en évidence l’importance des équins dans les exploitations agricoles situées en montagne et moyenne montagne. Elle souligne également leur influence prépondérante en zone péri-urbaine. Dans de nombreux territoires, les filières équines ont un rôle prééminent par les revenus dégagés ou par l’entretien des prairies naturelles voire la mise en valeur de zones difficiles d’accès.

Les exploitations maraîchères et fruitières comptent parmi celles qui adoptent le plus la vente au détail. Une analyse financière montre que la vente au détail est adoptée par des exploitations plus petites, dont la production est plus diversifiée et respectueuse de l’environnement. Leur situation financière est globalement meilleure, en dépit de taux d'intérêts ou d'un endettement plus élevés.

Note de lecture
Terre et Humanité