Navigation – Plan du site
Recherches

Grands et petits planteurs de caoutchouc en Afrique (1934-1973)

Large and small rubber producers in Africa, 1934 to c. 1973
William G. Clarence-Smith
p. 88-102

Résumés

En 1933, l’Afrique ne compte plus que pour 0,2 % de la production mondiale de caoutchouc naturel. Cependant, un cartel fait remonter les prix à partir de 1934, sans appliquer de contraintes aux producteurs africains, et les grandes sociétés transfèrent des techniques d’Asie en Afrique. De 1942 à 1945, les Japonais ayant saisi la plupart des hévéas en Asie, on intensifie la saignée, on récupère des arbres abandonnés, et on relance la collecte du caoutchouc sauvage (Landolphia, Funtumia, etc.). En 1945, l’Afrique en arrive à récolter 28 % du caoutchouc naturel mondial. On plante aussi beaucoup d’hévéas, qui ne rendent qu’après 5 à 7 ans mais qui vivent de 35 à 40 ans. Après 1945, l’Asie entre en crise politique, donnant un avantage à l’Afrique, surtout aux petits planteurs du Nigéria. En 1972-1974, l’Afrique produit encore 6,8 % du caoutchouc naturel dans le monde. Mais l’industrie du caoutchouc synthétique se développe en occident, l’Asie sort de ses crises, et les indépendances africaines génèrent des politiques économiques désastreuses. La flambée des prix du pétrole en 1973 freine la montée du caoutchouc synthétique, et relance le caoutchouc naturel en Asie, mais l’Afrique est incapable de profiter de cette conjoncture avantageuse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1934-1939 – Les grandes plantations et les transferts de technologie
1934-1939 – Les petites plantations
1939-1945 – Les grandes plantations dans la bataille du caoutchouc
1939-1945 – Les petits planteurs et le caoutchouc sauvage
1946-1973 – Les grandes plantations
1945-1973 – Les petits et moyens planteurs (le Nigéria et les autres)
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au début des années 1930, le caoutchouc africain ne semblait avoir aucun avenir. En 1932, le prix tombait à son niveau le plus bas, en termes réels (Barlow et Drabble 1990) Une année plus tard, l’Afrique ne comptait plus que pour 0,2% de la production mondiale, comparé à 21,2% en 1910 (Hailey 1938; Drabble, 1973). Mais la conjoncture internationale belliqueuse, se terminant par la conquête japonaise du Sud-Est asiatique en 1941-1942, a redonné de la vigueur au secteur. Après 1945, la longévité de l’hévéa, ainsi que la guerre froide et les troubles politiques en Asie ont soutenu la production en Afrique pendant un certain temps. La perte de l’Indochine, en 1954, a mené certaines grandes sociétés à chercher de nouveaux terrains en Afrique française.

Les indépendances africaines ont miné ce progrès dans beaucoup de pays, au moment même où l’Asie sortait de ses crises. Même les pays africains qui ont le mieux géré leur liberté, par exemple la Côte d’Ivoire, ont misé sur les grandes plant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William G. Clarence-Smith, « Grands et petits planteurs de caoutchouc en Afrique (1934-1973)  », Économie rurale, 330-331 | 2012, 88-102.

Référence électronique

William G. Clarence-Smith, « Grands et petits planteurs de caoutchouc en Afrique (1934-1973)  », Économie rurale [En ligne], 330-331 | juillet-septembre 2012, mis en ligne le 22 juin 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://economierurale.revues.org/3506

Haut de page

Auteur

William G. Clarence-Smith

University of London, School of Oriental and African Studies, SOAS, Londres ; wc2@soas.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page