Navigation – Plan du site
Recherches

De l’attractivité à la non durabilité ? Essai sur les stratégies paysannes et pastorales au Lac Horo (Nord Mali)

From attractiveness to non sustainability? Essay on farmers and pastoralists strategies around Lake Horo (Northern Mali)
Thomas Hertzog, Amandine Adamczewski et Benoît Lallau
p. 125-144

Résumés

Cet article analyse les déterminants de la densification humaine sur les rives du lac Horo, dans la zone lacustre du Nord Mali. L’attractivité de ce lac est ‘naturelle’, en lien avec l’importance de l’accès à ses ressources pour la survie de populations confrontées à divers chocs climatiques et politiques. Elle est aussi suscitée par les aménagements successifs réalisés pour l’intensification de l’agriculture sur ses rives depuis l’intervention de l’Office du Niger dans les années 1940. Cette attractivité modifie la durabilité des modes de mise en valeur autour du lac Horo, au regard de critères environnementaux (pression sur les ressources végétales), économiques (nécessité d’adaptation des moyens d’existence des familles) et surtout sociaux (tensions sociales et diminution des capacités d’action collective). Une étude de terrain permet de renseigner ces critères, et également d’analyser les différentes stratégies que mettent en place les paysans pour s’adapter au contexte actuel du lac Horo. La lecture de ces stratégies permet d’envisager un nouveau niveau de gouvernance intégrant les différentes dimensions de la durabilité de la mise en valeur du lac Horo.

Haut de page

Texte intégral

1L’édition 2009 du Rapport sur le développement dans le Monde de la Banque Mondiale, consacrée à la géographie économique, met l’accent sur l’importance de la densité et des effets d’agglomération dans le développement (World Bank, 2009). Mais le rapport développe peu les risques de non durabilité liés à l’attractivité de certaines zones, la densification de leur peuplement et l’intensification de leur activité productive. Or, cette question de la durabilité paraît centrale dans les régions sahéliennes, aux conditions agro climatiques difficiles, et dont les écosystèmes s’avèrent très vulnérables à toute accentuation de la pression humaine. Elle se pose ainsi dans le Nord Mali.

2Le Sahel est caractérisé par une forte variabilité inter et intra-annuelle des précipitations, qui constitue une contrainte pour la pratique des activités agro-sylvo-pastorales. La région de Tombouctou se trouve en zone sahélo-saharienne. La pluviométrie annuelle y est inférieure à 250 mm.

3La présence du fleuve Niger dans un tel milieu permet cependant d’augmenter les potentialités de mise en valeur par une meilleure sécurisation de l’accès à l’eau. La crue annuelle du fleuve se répand dans le delta intérieur. Elle alimente ensuite des dépressions lacustres dans le sud de la région de Tombouctou, tel le lac Horo (figure 1). Ces dépressions lacustres sont de véritables réserves d’eau dans un milieu aride. À ce titre, elles constituent des zones particulièrement attractives.

Figure 1. Extension de la crue du fleuve Niger dans le delta intérieur et les dépressions lacustres

Figure 1. Extension de la crue du fleuve Niger dans le delta intérieur et les dépressions lacustres

Source : adapté par les auteurs de Brunet-Moret et al., 1986

4Le lac Horo, étendue de 18 000 ha de la commune rurale de Tonka (soit environ 70 km de périmètre), a été et demeure attractif pour des populations d’éleveurs et d’agriculteurs. Cette attractivité est liée à l’accès à l’eau grâce au remplissage naturel depuis le fleuve Niger et aux différentes stratégies d’aménagement et de développement qui ont permis de sécuriser l’accès à la ressource. Celles-ci se sont succédées depuis l’action de l’Office du Niger dans les années 1940, puis celle de la GTZ (coopération technique allemande) dans les années 1980 et 1990 (Lachenmann, 1988), jusqu’au récent programme Mali-Nord visant à relancer l’agriculture irriguée en zones exondées (Dillon, 2007). Mais, naturelle ou suscitée (conséquence d’actions de développement), cette attractivité a conduit à d’importantes modifications de l’équilibre social de la zone. Les conflits entre éleveurs et agriculteurs n’en constituent que la face la plus visible. Apparaissent également des phénomènes de marginalisation des populations privées de capital foncier ou d’accès aux terres cultivables. La forte attractivité aboutit aussi à une surexploitation et à une dégradation des ressources naturelles liées au lac, qui réduisent pour partie ce caractère attractif et qui, accentuées par le réchauffement climatique en cours, risquent de s’avérer irréversibles.

5Cet article a trois objectifs, le premier conceptuel, le deuxième analytique, et le troisième normatif. Sur le plan conceptuel, il s’agit donc d’approfondir la notion d’attractivité, en la liant à celle de durabilité : selon quels critères une attractivité peut-elle être évaluée comme non durable ? Sur le plan analytique, il semble utile de combler la relative méconnaissance, au sein de la recherche sur le développement dans les zones sèches, des complexes réalités socioéconomiques autour du lac Horo – la littérature récente mobilisable se révélant peu à même de rendre compte de cette complexité (notamment : Harrower, Hoddinott, 2004). Nous nous appuyons pour ce faire sur un récent travail de terrain mené autour du lac. Ce travail, et sa mise en perspective historique, permettent de bien cerner ce qu’a été l’attractivité du lac, mais aussi les éléments de non durabilité qu’elle induit. Sur le plan normatif enfin, il s’agit d’envisager les modalités d’une gouvernance permettant de mieux appréhender les enjeux de la durabilité des modes de mise en valeur du lac Horo dans le contexte de forte attractivité. Pour ce faire, une gouvernance par secteur, établie à la suite de l’analyse des stratégies d’acteurs, peut être envisagée.

6Nous exposons donc nos choix conceptuels et méthodologiques (1), et proposons un aperçu historique des dynamiques de peuplement du lac Horo révélant l’évolution de son attractivité (2). La durabilité des modes de mise en valeur en contexte de forte attractivité est ensuite évaluée dans ses dimensions environnementale (3), sociale (4) et économique (5). L’analyse des stratégies d’adaptation que déploient les paysans, éleveurs et pêcheurs, conduit enfin à explorer la portée de la construction de secteurs pour lier l’attractivité avec ces trois dimensions de la durabilité (6).

Cadre conceptuel et méthodologique

7Usuellement, l’attractivité mesure la force d’attraction d’un lieu, en général d’après la somme des flux attirés par ce lieu au détriment des lieux alentours. D’après Rosental (1999), les espaces de départ et d’arrivée sont perçus d’emblée comme structurellement différents, les qualités et atouts attribués à l’un compensent les défauts de l’autre, le différentiel expliquant le sens des flux, qu’il s’agisse de flux de capitaux (Ferrara, Henriot, 2004) ou de population. Ces flux rendent l’attractivité mesurable (Auclair, Vanoni, 2001). L’attractivité du lac Horo va être analysée à travers la densité – relative – de son peuplement humain, par le développement des activités d’élevage, agricoles et de pêche (là encore, relativement à ce qui existe hors de la zone lacustre ou autour d’autres lacs de cette zone, qui en compte sept), et par les flux commerciaux qu’elles engendrent.

8L’attractivité renvoie donc ici à une polarisation au double sens géographique (le lac comme espace de concentration d’activités humaines) et économique (le lac comme centre d’une dynamique de développement – ou de survie – dans la région de Tombouctou). Dans les deux cas, nous considérons deux types d’attractivité : « naturelle », liée à une ressource naturelle relativement rare (une étendue d’eau en milieu sahélien), ou « suscitée », liée à des politiques publiques d’aménagement et de peuplement. Elle peut être aussi conjoncturelle, avec les migrations liées à des évènements ponctuels (conflits, accidents climatiques), ou structurelle, la migration devenant définitive à la suite d’une accumulation d’évènements affectant les moyens d’existence des populations. Au Nord Mali, le développement économique engendré par les migrations relève souvent davantage de la survie que d’une expansion importante et durable des moyens d’existence. Les difficiles conditions de vie, dans ces milieux naturels arides, amènent ainsi à aborder la question cruciale des liens entre durabilité et attractivité. L’attrait du lac, qui peut constituer une solution de repli pour les habitants des zones arides alentours, ne conduit-il pas à une surexploitation de ses ressources ?

9L’enjeu conceptuel et méthodologique essentiel est donc de proposer des outils d’évaluation du caractère durable ou non des modes de mise en valeur modifiés par l’attractivité du lac, et ainsi de mieux lier attractivité et durabilité. Différents critères peuvent être retenus, en fonction des trois dimensions usuelles de cette durabilité : économique, environnementale et sociale (tableau 1).

Tableau 1. Les critères pour évaluer la durabilité de l’attractivité du lac Horo

Tableau 1. Les critères pour évaluer la durabilité de l’attractivité du lac Horo

Source : les auteurs

  • 1 Chambers R., Conway G. (1991). Sustainable rural livelihoods : Practical concepts for the 21st cent (...)

10La durabilité économique est évaluée en fonction de l’évolution des moyens d’existence des familles, ou livelihoods, ainsi définis : "A livelihood comprises the capabilities, assets (stores, resources, claims and access) and activities required for a means of living" (Chambers, Conway, 1991)1. Les tangible assets sont constitués des actifs précieux, des stocks de nourriture, de l’épargne monétaire (stores), mais aussi de la terre, de la ressource en eau, du bétail et des équipements (resources). Les "intangible assets" se divisent en claims et en access. Les claims recouvrent les sollicitations qui peuvent être faites pour obtenir une aide matérielle, morale, ou autre, ils sont donc très importants en cas de chocs, et sont fondés sur des combinaisons de droits, de "précédents", de convention sociale, d’obligation morale, et de pouvoir. Le terme access renvoie, quant à lui, aux opportunités concrètes d’utiliser une ressource (éducation, santé), un bien, un service (transport) ou d’obtenir une information, du matériel, un emploi, de la nourriture, un revenu.

11Les moyens d’existence sont considérés comme durables lorsqu’ils permettent aux familles de limiter leur vulnérabilité: "A livelihood is sustainable which can cope with and recover from stress and shocks, maintain or enhance its capabilities and assets, and provide sustainable livelihood opportunities for the next generation, and which contributes net benefits to other livelihoods at the local and global levels and in the short and long term" (Chambers, Conway, op. cit.). Cette approche des sustainable livelihoods a ainsi été appliquée par Davies (1996) dans la région de Mopti à la suite des crises alimentaires des années 1970 et 1980. Son étude montre que les ménages incapables de faire face aux perturbations par des ajustements temporaires de leurs pratiques et de s’adapter par des changements structurels de leurs stratégies, sont piégés dans la vulnérabilité, et ne peuvent accéder à – ou maintenir – des moyens d’existence durables. Ce qui est en cause dans une telle perspective, c’est non seulement l’insuffisance des actifs mobilisables, mais aussi le contexte dans lequel ils peuvent, ou pas, être mobilisés.

12Précisons que dans le contexte socio-économique du lac Horo et de sa mise en valeur l’unité économique usuelle qu’est le ménage ne suffit pas à révéler la complexité de l’évolution des moyens d’existence des populations. Sans revenir sur d’anciens et riches débats sur les unités économiques pertinentes (Gastellu, 1979), nous proposons de retenir la notion de famille, qui permet d’intégrer davantage les logiques de diversification et de mobilité au sein des systèmes de production, tout comme les structures de prise de décision, prépondérantes dans les stratégies d’adaptation aux risques.

  • 2 Ceci renvoie à la définition d’un développement socialement durable, proposée au sein d'extensions (...)

13La durabilité sociale nous semble pouvoir être évaluée principalement au niveau collectif2, et ce par le biais de deux ensembles de critères.

● d’une part, la capacité d’action (ou agencéité) collective (Lallau, Dumbi, 2008) qui est fonction de la dynamique des différentes entités collectives que constituent les associations locales (sur base ethnique, locale, sectorielle, politique) et de leurs interactions ;

● d’autre part, l’importance des tensions sociales liées aux trajectoires individuelles ou collectives : conflits inter-individus ou inter-communautés, évolution des inégalités dans l’accès aux facteurs de production et formes d’exclusion.

  • 3 « Un système est avant tout une représentation synthétique d'un ensemble complexe dont le fonctionn (...)

14La durabilité environnementale est définie comme le maintien d’un capital naturel, c’est-à-dire la conduite d’activités nécessitant des prélèvements de ressources naturelles inférieurs à la capacité de régénération de l’écosystème et produisant des déchets que ce même écosystème est en mesure d’assimiler (Goodland, 1995). La notion de système3 permet de lier l’exploitant au milieu, à travers les besoins et les impacts (mesurés en termes de flux) de son système de production et de son système d’activités sur les ressources naturelles. La durabilité environnementale au lac Horo peut être approchée à deux niveaux.

● au niveau global par l’analyse de l’évolution des stocks des ressources naturelles ;

● au niveau individuel par l’analyse du potentiel productif du champ cultivé, puisque la dégradation de l’environnement proche de la parcelle peut diminuer ce potentiel.

15L’attrait du lac Horo pour les populations voisines dépend de ces deux niveaux d’analyse.

16La complexité des interactions entre ces trois pôles : économique, social et environnemental, a pu être abordée grâce à une méthode de collecte de données combinant l’analyse de données écrites, les entretiens (individuels et collectifs, thématiques et semi-directifs) et l’observation (Olivier de Sardan, 2008). Ceci a constitué une alternative pour les populations habituées aux canevas d’enquête quantitatifs perçus comme trop ciblés et limitant les interactions entre acteurs. Pour tenir compte des particularités locales, la totalité des 16 villages actuels des rives du lac Horo a été visitée durant un séjour de 2 à 3 jours dans chacun des lieux, entre avril et août 2008, puis lors d’un second séjour entre mai et septembre 2009. Les thèmes retenus étaient débattus en assemblée en respectant les critères de représentativité des différentes générations, quartiers et activités professionnelles. Le complément par des entretiens au champ pour analyser les stratégies déployées par les paysans, des séjours auprès d’éleveurs éloignés du Horo en cette période et avec certaines personnes ressources s’est avéré essentiel à la compréhension des dynamiques agraires du lac Horo. Enfin, autour du lac Horo les situations conflictuelles pour l’accès aux ressources ne peuvent être analysées qu’en considérant les stratégies des acteurs comme les résultantes d’une « histoire d’adaptations », avec un ancrage historique profond. Une analyse diachronique a donc été réalisée à partir des archives coloniales et contemporaines, et de la mémoire orale.

Détour historique. Entre attractivité naturelle et attractivité suscitée

17Au cours du XXe siècle, le lac Horo a été une zone attractive pour diverses populations, mais également pour de nombreux projets intervenant au Nord Mali. L’analyse historique des activités de mise en valeur du lac Horo permet ainsi de caractériser l’ampleur des différents changements survenus et l’évolution de l’occupation du lac Horo par les différents usagers : éleveurs, cultivateurs, pêcheurs.

Jusqu’au milieu du XXe siècle une fréquentation saisonnière

  • 4 Dans cet article, les populations sont définies selon les langues parlées. Par exemple, la populati (...)

18À partir du XVe siècle, au cours des conquêtes territoriales des grands Empires Ouest-Africains, la zone lacustre était très convoitée. Différentes populations cohabitaient4 : (i) les populations Sonraïs, agriculteurs et pêcheurs venus de Gao ; (ii) les populations Tamasheqs et Peulhs, éleveurs nomades du Nord Mali ; (iii) les Bozos, pêcheurs venus de Mopti. La concentration de la population sédentaire était faible au lac Horo (trois villages et un campement de pêcheurs). Les agriculteurs cultivaient le riz flottant en période de crue, et le maïs ou le sorgho en période de décrue, mais cette activité d’agriculture de décrue restait marginale et se concentrait sur quelques zones du lac. Les populations agricoles (le peuple du fleuve) se fondaient alors dans un paysage d’élevage nomade (population tamasheq et peulh, le peuple des dunes) dont la seule activité agricole concernait le semis du mil en saison des pluies. Ces éleveurs exploitaient la totalité du lac Horo pour assurer l’accès à l’eau et aux pâturages à leurs troupeaux. Les principales sources de conflits étaient alors essentiellement liées au prestige des communautés de cultivateurs et d’éleveurs, et non pas à une concurrence entre activités de production.

Encadré 1. Extrait d’entretiens (1)
« Ils venaient faire boire les animaux au bord du lac, il y avait beaucoup d’animaux à l’époque, c’était l’époque des grands troupeaux de bœufs. Les chefs puissants avaient tout le lac Horo, c’était eux les maîtres, pas les Français. » Ancien de Guindigata, entretien réalisé en Juin 2008 sur les bords du lac Horo.

19Vers 1890, l’arrivée de l’Administration française dans la zone actuelle du cercle de Goundam a entraîné un rapide développement commercial autour des produits issus de l’activité d’élevage, activité dominante de l’époque aussi bien au niveau de la grandeur du cheptel que de la puissance guerrière et maraboutique des grands éleveurs. Cette période est toujours présente dans l’histoire orale du lac Horo, lieu mythique d’élevage (encadré 1). Dans le même temps, le commerce agricole s’est développé autour du Lac Faguibine (au nord du lac Horo), zone d’importante production de blé.

20À l’arrivée des colons français, les populations d’éleveurs constituaient toujours des sociétés fortement hiérarchisées, entre maîtres et esclaves. Cette relation de domination se retrouvait aussi dans une distinction des activités productives. La fraction servile constituait la base agricole des éleveurs propriétaires de grands troupeaux. Les relations de domination qui liaient les esclaves à leurs maîtres ont longtemps figé les migrations des populations en réduisant la liberté de circulation des esclaves cultivateurs, contraints de rester à proximité des campements de leurs maîtres. Ceci explique en partie pourquoi le lac Horo qui constituait pourtant un lieu plus propice à la culture n’était alors que très peu peuplé.

À l’époque coloniale des flux migratoires forcés

21Le développement agricole du lac Horo est marqué par l’arrivée en 1939 du plus grand projet de production agricole de l’époque coloniale, l’Office du Niger. Pour répondre à un objectif de culture intensive pour l’exportation, l’Office du Niger a aménagé le lac Horo pour l’irrigation sans tenir compte du fonctionnement naturel du lac, et des populations qui l’exploitaient à travers l’élevage, la culture de décrue et la pêche. En 1942 le lac a été entièrement asséché pour permettre la construction d’ouvrages de régulation (barrages, canaux d’irrigation, etc.) qui nécessitait une main d’œuvre importante négociée auprès des grands éleveurs (qui restaient néanmoins septiques face au développement du projet) et importée du Burkina-Faso actuel (Mossi). L’assèchement a duré deux ans. Les infrastructures mises en place ont profondément modifié l’organisation des pêcheurs et éleveurs, qui dépeignent encore avec force les changements survenus dans leur quotidien et permettent de prendre la mesure des bouleversements engendrés (encadré 2).

Encadré 2. Extraits d’entretiens (2)
« Ils ont enlevé toute l’eau du lac, il n’y avait plus aucun poisson, depuis je n’ai plus jamais vu de gros capitaines [Polydactylus quadrifilis] dans le Horo. » Ancien pêcheur de Bankani village, Mai 2008.
« Les animaux venaient encore autour du lac pour chercher à boire, mais ils mourraient de soif, dans le lac il n’y avait plus d’eau. Nos troupeaux ont dû quitter notre lac, il est devenu le lac des colons. » Ancien éleveur de Atta, Juillet 2008.

22Les impacts de l’assèchement du lac sur les systèmes de pêche et d’élevage ont été économiquement catastrophiques. Les autres dépressions lacustres ne pouvaient pas constituer de zones de replis, car elles étaient déjà exploitées par des pêcheurs et des éleveurs jouissant de droits d’accès historiques. Ces impacts se sont inscrits dans la durée, avec une diminution importante et irréversible de la biodiversité. Les témoignages ont permis d’estimer que les reconstitutions partielles de l’ichtyofaune (reproduction d’autres poissons que les siluridés) et des ressources fourragères (présence significative de plus de deux espèces fourragères très appétées par les troupeaux) ont pris entre 5 et 10 ans.

23Alors que l’agriculture avait été privilégiée par l’Office du Niger au détriment de la pêche et de l’élevage, elle a rapidement rencontré des obstacles importants. Dès 1944, l’administrateur en chef de l’Office du Niger écrivait : « Les populations voisines à vocation pastorale ne sont pas aptes à l’agriculture […] les bellahs, [population tamasheq servile] dont la condition sociale fait généralement obstacle à son éloignement pour une longue durée, est un élément médiocre pour la colonisation. » (Note sur l’état des lieux du projet Horo). En 1949, l’Office du Niger qui gérait à la fois les infrastructures hydroagricoles, les systèmes de production et l’ensemble des filières d’intrants et de commercialisation a quitté le lac Horo, laissant les cultivateurs dans un environnement socio-économique déstructuré. Les grands chefs éleveurs ont alors progressivement repris possession du lac Horo. Ils y ont maintenu de façon permanente quelques groupes d’esclaves pour « marquer » cette zone aux forts investissements. Le nombre de villages sédentaires a augmenté.

24Finalement, l’intervention de l’Office du Niger a accru la densité de population du lac Horo. Mais celle-ci était déconnectée du potentiel du lac et de son attractivité naturelle, qui en faisait surtout un point d’intérêt saisonnier pour les éleveurs.

Indépendance du Mali et densification du peuplement

  • 5 Ainsi les anciens esclaves Tamasheqs ne possèdent un accès à la terre qu’à travers leurs maîtres ; (...)

25En 1960 la proclamation de la République du Mali a entraîné l’interdiction de l’esclavage. Cependant, ce lien historique a subsisté un temps, pour des raisons à la fois sociales et économiques. En effet, il assurait aux deux parties certains avantages comme l’assurance d’une production agricole pour le maître, une protection liée à la puissance religieuse des maîtres pour les esclaves, mais également pour ces mêmes esclaves l’assurance de finances pour les mariages ou les baptêmes, ou encore un investissement productif minimal5. À la suite de cet acte politique, des anciennes populations serviles se sont installées autour du lac Horo pour pratiquer l’agriculture de décrue hors des espaces irrigués par les aménagements de l’Office du Niger. Dans le contexte post-indépendance, le lac Horo aménagé au sein d’une zone aride constituait un atout de taille pour la production agricole et l’autosuffisance des populations. En 1972, sous un régime d’inspiration socialiste, une réforme agraire a été menée au lac Horo pour « attribuer la terre à ceux qui la travaillent » et éradiquer le phénomène massif de métayage orchestré par les anciens maîtres.

26Les grandes sécheresses au Sahel de 1973 et 1984 ont fortement affecté la région de Tombouctou. Les troupeaux ont été décimés alors que dans le même temps la faible amplitude de crue du fleuve Niger ne permettait plus de remplir les lacs les plus septentrionaux de la zone lacustre. Le lac Horo, plus proche du fleuve et aménagé pour l’irrigation, est ainsi rapidement devenu une zone très attractive à l’échelle régionale pour les cultivateurs comme pour les éleveurs. À cette période, les acteurs évoquent des rendements en sorgho [sorghum] au lac Horo entre trois et quatre fois supérieurs aux rendements au lac Faguibine, 100 km plus au nord. À la suite de la sécheresse de 1984 et à l’arrivée massive de « réfugiés climatiques », les conditions de vie des populations autour du lac Horo se sont dégradées. Le nombre de personnes dépendant directement d’un hectare attribué est alors passé de sept en moyenne à plus de quinze.

27Dans un contexte de pénurie alimentaire et sous l’influence de la « révolution verte », la GTZ, agence de coopération allemande, a mis en œuvre un vaste projet pour développer le potentiel de production agricole du lac et ainsi assurer la sécurité alimentaire du « petit paysannat sédentaire ». Ce projet portait sur la réhabilitation du réseau, et le développement de nouvelles variétés et de nouvelles zones de production. Le développement de l’irrigation a permis d’intensifier la production via un allongement du cycle de production de six à douze mois, l’introduction de variétés de riz plus productives et le développement du maraîchage de contre-saison (Adamczewski et al., 2011).

28Cette intervention a permis d’améliorer le revenu agricole des exploitants. Mais elle a aussi constitué un moteur puissant pour l’immigration au lac Horo en offrant l’image d’un lac en zone aride produisant toute l’année une importante diversité de produits : salades, patates douces, mil, riz, niébé, etc. La perception du lac Horo par les populations environnantes et les représentations collectives sont devenues des facteurs clés de l’attractivité du lac Horo (encadré 3).

Encadré 3. Extrait d’entretiens (3)
« J’ai eu mon premier fils juste après la dernière grande sécheresse. Là où j’ai grandi, dans un village à côté de M’bouna [village du lac Faguibine] la terre était tellement sèche que j’ai eu peur de ne rien récolter. Dans mon village, on parlait beaucoup du lac Horo où les gens cultivaient ce qu’ils voulaient toute l’année. J’ai été jusqu’à ce lac pour pouvoir donner des patates à manger à mon fils. » Cultivateur du lac Horo, originaire du lac Faguibine, Juillet 2008.
La dernière arrivée massive de population au lac Horo s’est produite avec la rébellion de 1991. Cette même année les équipes de la GTZ ont débuté une phase de retrait progressif. La gestion du lac Horo a été transférée à partir de 1996 à une union des coopératives agricoles dotée de peu de moyens financiers. En effet, aujourd’hui un seul agent de l’État malien, assisté de deux moniteurs, encadre la production agricole du lac Horo.

Conclusion : des équilibres bouleversés

29Les interventions de l’Office du Niger et de la GTZ ont été des étapes essentielles du développement du lac Horo. Toutefois, l’appui technique et l’accompagnement des cultivateurs ont créé un phénomène de marginalisation des éleveurs et pêcheurs. Depuis le début du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, leur accès aux ressources naturelles du lac a été progressivement réglementé et restreint pour permettre l’extension des zones de culture irriguée (figure 2). Les conditions de leur insertion dans les circuits de commercialisation locaux n’ont pas été améliorées, ce qui ne leur a pas permis de tirer un avantage économique du développement agricole du lac Horo. Les différences importantes dans la structuration des filières agricoles et des filières de pêche et d’élevage constituent encore à l’heure actuelle une caractéristique essentielle de la zone du lac Horo.

30Au fil de l’histoire du lac Horo, son attractivité, à la fois naturelle à l’échelle régionale et suscitée par les interventions de développement, a abouti à une forte densification du peuplement. Si bien que la commune de Tonka, créée en 1996 et qui inclut entièrement le lac Horo, est aujourd’hui la commune rurale la plus peuplée du cercle de Goundam et de l’ensemble de la région de Tombouctou (figure 3).

31Suscitée par de nombreux aménagements et investissements, naturellement liée au potentiel productif des rives du lac Horo, ou accentuée par les différents chocs climatiques ou sociopolitiques, l’attractivité du lac Horo a beaucoup évolué jusqu’à aujourd’hui avec pour conséquence un bouleversement des équilibres locaux, méso-régionaux (zone lacustre) et régionaux (régions de Tombouctou et Gao). Il convient donc de se pencher sur le caractère durable de cette attractivité, sur les plans social, environnemental et économique.

Figure 2. Aménagement de l’espace agricole et impacts sur les autres utilisateurs du lac

Figure 2. Aménagement de l’espace agricole et impacts sur les autres utilisateurs du lac

Source : les auteurs

Figure 3. Densités de population dans les communes du cercle de Goundam

Figure 3. Densités de population dans les communes du cercle de Goundam

Source : les auteurs d’après le Recensement général de la population, 2009

La durabilité sociale : faiblesse de l’agencéité collective et conflits

  • 6 Durant les phases d’immigration continue, le taux annuel d’accroissement relatif de la population ((...)

32L’attractivité du lac a conduit à une multiplication des flux migratoires, avec son corollaire : la densification du peuplement. L’accroissement de la population est alors supérieur. Celle-ci s’est opérée à des rythmes différents selon les périodes. En analysant le rythme d’accroissement de la population au lac Horo en fonction des périodes, il est possible d’identifier deux types d’épisodes migratoires : des phases d’immigration continue, et des vagues migratoires6. Ces deux types d’immigration ont des conséquences sociales très différentes à la fois dans la zone de départ et dans la zone d’accueil (tableau 2).

Tableau 2. Conséquences de l’immigration sur l’agencéité collective

Tableau 2. Conséquences de l’immigration sur l’agencéité collective

Source : les auteurs

33La fréquence des vagues migratoires vers le lac Horo a augmenté du fait de son attractivité suscitée par les opérations de développement. Or, ces vagues migratoires ont un effet déstructurant sur l’agencéité collective, à la fois dans la zone de départ et dans la zone d’accueil. Au lac Horo (zone d’accueil), les différentes vagues migratoires se sont traduites par des extensions considérables des villages existants. Mais l’arrivée, en quelques mois seulement, de nombreuses familles originaires d’une même zone a souvent été le moteur d’une fragmentation du collectif villageois, avec la création de hameaux indépendants, disposant d’une chefferie parallèle, de ses propres entités collectives d’entraide ou de gestion des ressources naturelles, et souvent rattachés à un parti politique différent de celui du village entrainant des désaccords politiques forts et la réduction des échanges (d’information, de services, de productions, etc.).

34Les conflits autour de l’accès aux ressources naturelles constituent une importante conséquence de la faiblesse de l’agencéité collective, et donc une manifestation de la non durabilité sociale de l’attractivité du lac Horo. Au cœur d’une zone essentiellement agricole, les couloirs de passage du bétail, d’une largeur théorique de 100 mètres, ont pour fonction de délimiter un espace réservé aux animaux afin qu’ils puissent accéder à la zone pastorale centrale (pâturage de zone d’inondation et eau du lac). Le lac en possède actuellement seize. L’utilisation de ces couloirs génère d’importantes tensions sociales à cause de l’empiétement des cultures, ce qui obstrue les couloirs en partie ou en totalité, ou à l’inverse à cause de la divagation des troupeaux en dehors des zones délimitées, sources là encore de conflits. Les discours opposés des cultivateurs et des éleveurs rencontrés mettent en exergue des tensions fortes et les difficultés à résoudre un problème qui n’a fait que s’amplifier au fil du temps (encadré 4).

Encadré 4. Extraits d’entretiens (4)
« Les gens du Horo cultivent tous les couloirs de passage. Ils ne pensent pas que nos troupeaux doivent passer pour aller dans notre pâturage au centre du lac. C’est notre droit ! […] Moi je passe dans les couloirs et si les animaux trouvent du riz ils mangent, c’est tout ! » Éleveur Peulh, origine lac Fati, août 2008
« Les bornes du couloir de passage ne sont pas respectées, les gens ont besoin de cet espace pour avoir plus de riz […] pour manger. Quand les animaux passent dans le couloir et mangent mon riz, ils font un bon repas, moi j’ai perdu la récolte de toute l’année. » Cultivateur arrivé en 1991, août 2008

35L’augmentation des tensions sociales autour des couloirs de passage est fortement liée à l’évolution de l’attractivité du lac Horo. Les opérations de développement (Office du Niger vers 1940, GTZ vers 1990) ont renforcé la vocation de production agricole du lac Horo et accompagné une mise en culture de l’ensemble de la périphérie du lac. Pour permettre ce développement agricole, les espaces de pâturage ont été réduits et ne concernent aujourd’hui que la zone centrale. Ceci correspond au passage d’une zone utilisable par les éleveurs de près de 20 000 ha avant 1940 à 5 000 ha aujourd’hui, alors que dans le même temps les sécheresses des années 1970 et 1980 ont renforcé l’attractivité du lac Horo pour les éleveurs. Les revendications des éleveurs pour l’accès au lac s’appuient sur leur légitimé d’utilisateurs historiques du lac Horo et mettent en avant la vulnérabilité de leurs moyens d’existence.

36Par ailleurs, l’attractivité du lac suscitée par les opérations de développement en a fait un point de focalisation de plusieurs vagues migratoires. Des nouveaux arrivants à la recherche d’espace cultivable se sont mis à exploiter les couloirs de passage, entrainant leur obstruction. Or, ces nouveaux arrivants ne sont pas officiellement attributaires et relèvent le plus souvent de hameaux. Ceci a deux conséquences majeures. Premièrement, n’étant pas attributaires, ces exploitants n’ont pas de liens avec les coopératives qui gèrent l’espace agricole du lac et dont les membres sont les attributaires de terres. Cette construction coopérative, peu adaptée à l’hétérogénéité des populations et à leur histoire, n’est jamais devenue un mode socialement reconnu d’action collective. Deuxièmement, n’étant pas ressortissants d’un village reconnu administrativement du lac Horo, ils dépendent de leur propre chef coutumier et ne relèvent pas de la mairie de la commune rurale de Tonka. Cette superposition de pouvoirs rend d’autant plus difficile la résolution des conflits à l’échelle locale ou du territoire communal.

37Finalement, l’évolution rapide du peuplement du lac Horo se traduit par des tensions sociales fortes autour des couloirs de passage et complique la gestion des conflits à cause d’un fonctionnement collectif profondément altéré.

La durabilité environnementale : de fortes pressions sur les ressources

38Les différentes actions de développement ont totalement bouleversé le système écologique originel du lac Horo. Différentes innovations techniques ont été développées via les projets de l’Office du Niger et de la GTZ. Ces projets, dont l’objectif principal était d’intensifier la production agricole, ont parfois sous estimé les conséquences environnementales des actions menées.

Attractivité « suscitée » et pression sur les ressources végétales

39Pour réaliser les premiers travaux d’aménagement en 1940, l’Office du Niger a asséché le lac durant deux années, avec des conséquences importantes sur les ressources végétales, impactées quantitativement (biomasse produite à l’échelle du lac) et qualitativement (diversité des essences).

40Dans les régions sahéliennes, les ressources ligneuses sont valorisées par les populations locales à travers différents usages : alimentation, chauffage, construction, médecine traditionnelle, etc. (Lykke et al., 2004). Quant aux ressources fourragères, elles sont principalement utilisées pour l’alimentation des troupeaux, mais peuvent aussi produire des graines comestibles pour les populations. Les stocks des ressources végétales sahéliennes sont caractérisés par une importante variabilité interannuelle et une forte sensibilité aux aléas climatiques, et aux pressions d’utilisation (Hiernaux, Le Houérou, 2006).

Figure 4. Densification du peuplement et évolution des ressources ligneuses

Figure 4. Densification du peuplement et évolution des ressources ligneuses

Source : les auteurs

41Les ressources végétales du lac Horo avant 1940 sont décrites par les anciens comme abondantes et diversifiées. Lors d’entretiens en 2009, les éleveurs peulhs ont pu identifier 16 espèces herbacées appétées par les bovins et ovins dans le lac avant l’arrivée de l’Office du Niger. Parmi ces espèces qui faisaient l’attractivité du lac pour les éleveurs, 10 auraient disparu lors de l’assèchement, parmi lesquelles seulement 4 auraient vu leurs stocks se reconstituer progressivement. Les entretiens menés en 2008 et 2009 couplés avec des inventaires floristiques ont permis de déterminer les tendances d’évolution du stock de ressource ligneuse depuis 1940. La comparaison avec l’évolution de la population sédentaire au lac Horo montre les effets des vagues migratoires sur les ressources naturelles par l’accroissement de la pression anthropique (essentiellement pour le bois de chauffe et de construction) (figure 4).

42Au fil de l’aménagement du lac Horo pour l’irrigation et de l’arrivée de nouvelles populations, l’écart entre les besoins des habitants et les ressources ligneuses disponibles n’a cessé de croître, avec des prélèvements supérieurs aux capacités de régénération de l’écosystème. Le projet Mali-GTZ a tenté d’augmenter la quantité et la diversité des strates arborées et arbustives par l’implantation de nouvelles espèces. Cette action a eu un effet bénéfique en limitant l’impact de la seconde vague migratoire sur le stock de ressource ligneuse. Mais ceci nécessitait des mesures de gestion complexes (coupes raisonnées, replantations fréquentes) abandonnées lors de la troisième vague migratoire qui a également coïncidée avec la fin du projet.

43Les problématiques de durabilités sociale et environnementale de l’attractivité « suscitée » sont ainsi liées puisque la diminution de l’agencéité collective dans les villages du lac Horo rend d’autant plus difficile la mise en œuvre de mesures de gestion intégrée d’une ressource multi-usage, telle que la ressource ligneuse. Pourtant, il semble que le développement de l’eucalyptus fasse exception. Introduite au lac Horo par la GTZ, cette espèce était auparavant inconnue des populations. Avec sa croissance rapide, elle est devenue une ressource intéressante pour le bois de chauffe et pour la construction. Ces plantations permettent actuellement de limiter (en partie) la pression des populations sur les ressources. Bien qu’étant géré au niveau individuel, le développement de l’eucalyptus a des effets positifs à une échelle plus large par la création d’une filière bois avec des producteurs et des consommateurs (parfois séparés de plusieurs centaines de kilomètres) et surtout des intermédiaires (revendeurs, transporteurs). De ressource pour le bois, c’est-à-dire de solution technique efficace à court ou moyen terme, l’exploitation des eucalyptus est devenue une activité commerciale à part entière, la demande s’accroissant au fil du temps. Cette espèce est aujourd’hui au cœur des stratégies économiques de survie des paysans du lac Horo, mais présente un certain nombre d’inconvénients, tels que la réduction de la biodiversité ou une consommation importante d’eau. Cette solution non viable, d’un point de vue environnemental, peut néanmoins l’être d’un point de vue économique, permettant aux paysans de diversifier leurs sources de revenus. Par ailleurs, l’introduction d’espèces nouvelles telles que l’eucalyptus a aussi contribué et contribue toujours à renforcer l’attractivité du lac Horo en offrant du bois de construction et de chauffe aux nouveaux arrivants désireux de bâtir leurs propres hameaux.

Conséquences à l’échelle du champ cultivé

44Depuis le milieu des années 1990, la détérioration du couvert végétal par les activités humaines fait peser une autre menace sur le lac Horo. Alors que le couvert constituait un véritable écran végétal, sa destruction ne permet plus de protéger la zone agricole du lac de l’ensablement éolien. Le haut des parcelles cultivées est progressivement recouvert de sable, ce qui entraîne une diminution de la fertilité minérale du sol et une perte de structure.

  • 7 Hypothèse où la totalité de la production est vendue sur le marché local.

45Par ailleurs, le fort risque d’ensablement observé sur la rive Nord du lac, induit une diminution des surfaces cultivables et rend impossible l’irrigation sur les terres dunaires. Là encore, les paysans ont su adapter leurs systèmes de culture pour en limiter l’impact et continuer à exploiter leurs terres : augmentation de la densité de semis, construction de murets de banco. Les paysans ont eux-mêmes développé de nombreuses stratégies comme l’introduction du manioc (Manihot esculenta), peu exigeant en éléments fertilisants et plus adapté aux sols légers sableux, ou le développement d’associations culturales avec des légumineuses fixatrices d’azote (telle que le niébé : Vigna unguiculata). La plantation de manioc permet d’obtenir un rendement de 11 T/ha (rendement moyen 2009 sur 17 exploitations), soit une valeur monétaire d’environ 1200 €/ha7. Sur les terres sans accès à l’eau d’irrigation, les sols sableux obligent les paysans à cultiver du mil pluvial (Pennisetum glaucum) dont le rendement moyen est de 1,2 T/ha, soit une valeur monétaire de 300 €/ha.

46Mais, malgré ces efforts, les problèmes de fertilité se posent encore aujourd’hui, à tel point que les rendements trop faibles sur certaines terres poussent les paysans à chercher d’autres moyens d’existence à l’extérieur de la zone du lac Horo, notamment par l’exode des jeunes hommes. Les non durabilités environnementale et économique de l’attractivité « suscitée » se rencontrent donc, la baisse de la fertilité des terres cultivables empêchant de nombreuses familles de vivre du travail agricole.

La durabilité économique. Des moyens d’existence peu durables

  • 8 Ils décrivent pour les systèmes agraires sahéliens un risque d’« évolution régressive » lorsque l’a (...)

47Les populations vivant actuellement au lac Horo sont issues, on l’a vu, de différentes vagues migratoires. Les nouvelles populations espéraient y trouver de quoi faire vivre leurs animaux et les membres de la famille déplacés, en dépit des nombreux aléas vécus. Pourtant, étant donnée la densité de population vivant de ressources naturelles fragiles, le lac Horo ne paraît plus en mesure de fournir des moyens d’existence durables à ses habitants, malgré les stratégies d’adaptation mises en œuvre. On retrouve ce que Milleville et Serpentié (1994) qualifient de « point de blocage »8.

Une succession d’adaptations

48En 2008, 24 entretiens ont été réalisés avec des jeunes revenus de migration (1/3) et des familles dont au moins l’un des membres était hors du lac (2/3). Ces entretiens, confirmés par les enquêtes menées en 2009, ont permis d’identifier les points de blocages rencontrés et les différentes adaptations mises en oeuvre, depuis la culture irriguée jusqu’aux migrations. La séquence de ces adaptations est représentée en figure 5.

49Tout d’abord, l’attractivité suscitée par les projets de développement a été l’un des principaux moteurs des différentes vagues migratoires vers le lac Horo. Avec leurs systèmes de culture et d’élevage très extensifs, les populations des zones exondées et des autres lacs du Nord Mali ont été durement touchées par les grandes sécheresses au Sahel. Elles ont alors cherché à diminuer les variations inter-annuelles des rendements et la vulnérabilité de leurs systèmes de production aux aléas climatiques, ce qui est l’un des intérêts majeurs de l’irrigation (Jamin et al., 2011). Le choix de nombreux migrants s’est donc porté sur le lac Horo, seul lac de la région aménagé pour l’irrigation (temps 1, figure 5). Ceci constitue une importante phase d’artificialisation du milieu par les paysans qui ont dû creuser des canaux pour conduire gravitairement l’eau jusqu’aux plantes cultivées.

50Puis la taille des familles a progressivement augmenté du fait d’une immigration continue. Cela a permis d’investir davantage de travail sur l’exploitation et ainsi d’intensifier les systèmes de culture, grâce à un accompagnement technique et financier de proximité de la GTZ pour l’optimisation des itinéraires techniques.

51Pourtant la saturation de l’espace cultivable a rapidement entraîné la diminution de la productivité du travail agricole et du revenu agricole et une difficulté croissante pour répondre aux besoins familiaux par l’autoconsommation. Face à cette contrainte, les familles ont mis en œuvre des stratégies de diversification en employant les jeunes et les femmes ne travaillant pas au champ pour des activités d’artisanat, d’embouche ou de pêche de subsistance (piégeage de petits siluridés). Le revenu extra-agricole dégagé permettait d’acheter des denrées alimentaires en complément des productions obtenues au sein de l’exploitation.

Figure 5. Stratégies d’adaptation et migrations

Figure 5. Stratégies d’adaptation et migrations

Source : les auteurs

52Mais certaines zones du lac Horo ont aussi dû faire face à une crise de la fertilité et finalement à une diminution des rendements. Les revenus des activités de diversification n’ont plus suffi à acheter la nourriture de base pour attendre la récolte suivante (période de soudure). Cela a conduit les paysans du lac, confrontés à un accroissement de l’insécurité alimentaire, à mettre en œuvre des stratégies d’émigration. Cette dynamique d’émigration a débuté à la fin des années 1980, un peu plus tardivement au Lac Horo que dans d’autres régions d’Afrique de l’Ouest (Pool, 1988). Elle s’est ensuite amplifiée, les coûts de migration diminuant avec le nombre croissant de personnes déjà parties (Carrington et al., 1996). Initialement, des jeunes hommes ou des femmes quittaient le lac pour quelques semaines afin de séjourner dans des villes et villages du Nord Mali, essentiellement dans les régions de Tombouctou et Mopti (temps 2, figure 5). Puis la durée de l’exode s’est allongée, de même que les distances parcourues, et le phénomène n’a plus concerné que les jeunes hommes actifs (temps 3, figure 5 et encadré 5).

Encadré 5. Extrait d’entretiens (5)

« Après l’arrivée de nos cousins, la situation est vraiment devenue difficile. On était seulement 4 à travailler un champ qui devait nourrir 13 personnes. Alors toute la famille m’a donné de l’argent pour que je parte tenter ma chance. J’ai été jusqu’au Sénégal. » Cultivateur du lac Horo, de retour d’un exode de 2 ans à Dakar, septembre 2008.

Les migrations. Quels impacts sur les moyens d’existence ?

53Les conséquences de ces stratégies de migration, sur les moyens d’existence des familles semblent plutôt positives à court et moyen termes (augmentation des tangible assets), mais sont incertaines à plus long terme (affaiblissement des intangible assets), ce que synthétise le tableau 3.

Le premier temps des migrations, vers le lac Horo, répondait à un besoin d’accès à un facteur de production essentiel : le foncier cultivable et irrigable. Ce type de migration a permis d’accroître considérablement le revenu agricole et d’accéder à des circuits de valorisation inexistants en zone exondée.

Le deuxième temps des migrations, à partir du lac Horo et vers les centres urbains, est apparu lorsque les activités d’appui menées par la GTZ et les stratégies d’adaptation mises en œuvre par les paysans eux-mêmes (comme la diversification) ont rencontré des limites. Grâce à ces migrations, les familles du lac Horo ont développé des réseaux régionaux et bénéficié d’accès à des marchés de plus grande taille tout en renforçant leurs liens de cousinage avec d’autres membres de la famille. Ce type de migration saisonnier a donc constitué un moyen efficace pour augmenter les tangibles assets des familles tout en développant les réseaux familiaux ou d’amitié pouvant être solicités en cas de besoin.

Le troisième temps des migrations marque une rupture dans les stratégies d’adaptation puisque l’augmentation des tangibles assets s’est faite au prix d’une diminution des claims une fragilisation des liens sociaux et des structures productives. L’exode à Bamako ou dans des pays voisins du Mali nécessite un engagement financier initial, « l’investissement dans l’exode », qui est lourd à supporter pour les familles mais peut s’avérer payant. La réussite économique et sociale d’une famille (qui s’évalue d’abord au regard de la sauvegarde de ses conditions de vie) ne dépend plus uniquement de son statut dans le collectif villageois, des surfaces cultivables ou du nombre de têtes de bétail, mais aussi et surtout de la chance de ses membres à l’exode, nouveau facteur d’inégalités et de tensions sociales. Enfin, l’exode d’une grande partie de la main d’œuvre conduit souvent l’attributaire à mobiliser une force de travail extérieure à la famille. Cette dynamique accentue le phénomène de métayage et la précarisation des travailleurs agricoles. La non durabilité économique renvoie, de nouveau, à une non durabilité sociale.

Tableau 3. Impacts des migrations sur les moyens d’existence des familles

Tableau 3. Impacts des migrations sur les moyens d’existence des familles

Source : les auteurs

54Les projets de développement du lac Horo ont pu accroître son potentiel productif (implantation de nouvelle variétés plus productives) et augmenter l’attractivité relative du lac par rapport aux autres régions naturelles pour une longue période, mais ils ont aussi accentué (ou pour le moins ne sont pas parvenus à réduire) les risques auxquels étaient confrontées les familles. Les stratégies contre-aléatoires individuelles actuellement mises en œuvre, qu’il s’agisse d’éleveurs, de cultivateurs ou de pêcheurs, s’avèrent souvent peu durables dès lors que l’on change d’échelle et de pas de temps, limitant les moyens d’existence à venir. Ces stratégies réduisent les capacités collectives de résilience des groupes concernés, certes parfois au profit d’une plus grande capacité d’adaptation individuelle, à court terme tout au moins. Si la migration implique bien une organisation des communautés pour en minimiser les coûts (Guilmoto, Sandron, 2000), le cas du lac Horo montre par contre qu’elle ne constitue qu’une solution d’accroissement des actifs (resources et stores) à court terme et qu’elle désorganise ces mêmes communautés à plus long terme.

Quelle unité territoriale pour lier attractivité et durabilité ?

55L’étude de l’histoire du lac Horo montre que les différentes actions de développement peuvent peser, via l’attractivité qu’elles suscitent, sur les différentes dimensions de la durabilité : environnementale, économique et sociale. Elle permet aussi de mettre en évidence la grande hétérogénéité du peuplement du lac Horo et de son milieu naturel. L’échelle régionale est souvent employée pour étudier la diversité des exploitations agricoles et leurs logiques de fonctionnement au sein du système agraire (Cochet, Devienne, 2006). Mais dans le cas du lac Horo, cette échelle ne permet pas de révéler les facteurs d’hétérogénéité et de questionner la durabilité des modes de mise en valeur en contexte de forte attractivité. Cette échelle est pourtant souvent retenue par les projets de développement, comme l’ont fait l’Office du Niger et la GTZ.

Vers une analyse par secteurs

56L’enjeu est de proposer une échelle spatiale qui permette de questionner la durabilité d’actions de développement en contexte de forte attractivité, une échelle moins « homogénéisante » et plus fonctionnelle (articulant localement les différentes dimensions de la durabilité). Nous proposons la construction de secteurs pour faciliter un tel changement de perspective. Ces secteurs peuvent être établis à partir de critères simples (renseignés par observations ou enquêtes) reprenant des caractéristiques naturelles et anthropiques du milieu (tableau 4).

57Tableau 4. Critères proposés pour la construction des secteurs

Source : les auteurs

58En appliquant ces critères au lac Horo, les hétérogénéités apparaissent clairement : celle des contraintes du milieu qui sont différentes sur la façade Nord du lac et sur sa façade Sud, celle des contraintes sociales et des dotations en capital qui, en lien avec l’origine des familles et leur date d’installation, conditionnent le mode de mise en valeur des parcelles et l’utilisation des ressources naturelles. Les secteurs identifiés sont au nombre de treize sur toute la périphérie du lac (figure 6).

59Ils correspondent à des espaces au sein desquels les dynamiques environnementales, sociales et économiques sont très proches. Les similarités des caractéristiques naturelles conduisent les exploitants d’un même secteur à adopter des modes de mise en valeur similaires ou proches (intensification, diversification), car adaptés aux spécificités locales. Au sein d’un même secteur on retrouve des familles possédant des moyens d’existences proches. De plus, les observations de terrain montrent l’existence d’actions collectives au sein des secteurs entre populations souvent apparentées ou se considérant comme telles (regroupements pour l’édification d’un marché, travaux collectifs d’entretien des abords des champs, de lutte contre l’érosion, etc.) Certes, les capacités d’adaptation individuelles face aux aléas peuvent être différentes entre les familles, essentiellement sur la base des dotations en capital, mais les enquêtes effectuées montrent aussi que la localisation de la parcelle (le secteur auquel elle appartient) influe davantage sur les moyens d’existence de la famille que son statut social ou encore la réussite d’un ou plusieurs membres à l’exode.

Figure 6. Secteurs pour lier attractivité et durabilité au lac Horo

Figure 6. Secteurs pour lier attractivité et durabilité au lac Horo

60Ces secteurs permettent donc de lier les trois dimensions de la durabilité, et ils peuvent contribuer à adapter les choix de futures actions de développement aux besoins locaux et à leur hétérogénéité. La décomposition du milieu en secteurs permet aussi d’étudier les dynamiques internes au système que constitue le lac : échanges de produits entre secteurs, flux de main-d’œuvre, migrations.

Empêcher les irréversibilités ?

61Les résultats de l’étude au lac Horo montrent que les stratégies mises en œuvre par les habitants rendent la densification du peuplement du lac supportable, elles ne la rendent pas pour autant durable. Elles rendent les conditions de vie supportables en ce sens qu’elles permettent la survie, mais ne préparent pas l’amélioration des moyens d’existence pour la plupart des familles, les solutions de survie actuelles entraînant souvent une dégradation des milieux naturels et des relations sociales. Dans certains secteurs (par exemple le secteur 7, au nord du lac), des seuils d’irréversibilité semblent désormais franchis avec une rupture des structures sociales intra-villageoises, ce qui explique les déplacements de populations constatés actuellement vers d’autres secteurs du lac, tel le secteur 10 (Tableau 5).

Tableau 5. L’exemple des secteurs 10 et 7

Tableau 5. L’exemple des secteurs 10 et 7

62Malgré la rudesse des conditions agro climatiques, il n’y a pourtant pas de fatalité « naturelle » dans cette non durabilité. L’échec des projets de développement qui se sont succédés s’explique en partie par l’absence de zonage fonctionnel du lac, ne permettant pas d’appréhender finement les contraintes locales de production et les dynamiques sociales à même de supporter l’action de développement. Ainsi l’intensification des productions à l’échelle du lac a été retenue comme condition nécessaire et suffisante de l’amélioration des moyens d’existence des familles, une solution technique déconnectée des contraintes sociales et de la réalité d’un lac dont l’attractivité à l’échelle régionale n’a cessé de croître.

63Une vision alternative, fondée sur la perspective d’une sectorisation, pourrait permettre d’éviter que la problématique majeure pour l’avenir du lac Horo ne devienne celle des irréversibilités écologiques, économiques et sociales. Elle pourrait au contraire contribuer à mettre la résilience, c’est-à-dire la capacité individuelle et collective à affronter les risques et les aléas, au cœur des pratiques du développement dans cette zone aride. Par ailleurs, cette nouvelle échelle intermédiaire peut permettre de mieux traiter la problématique multi-scalaire des livelihoods. Elle fournit un outil d’analyse des conséquences de l’attractivité et des migrations régionales ou internationales sur les moyens d’existence des familles, alors que l’étude des interactions entre les niveaux locaux et globaux reste l’un des enjeux majeurs de l’approche par les livelihoods (Scoones, 2009). Une application des principes de sectorisation présentés dans cet article est en cours sur un autre lac du Nord Mali : le lac Tanda dans le cercle de Niafunké, région de Tombouctou. Il serait également intéressant de tester la robustesse de cette approche dans les contextes oasiens qui présentent des similitudes avec les systèmes lacustres étudiés (De Haas, 2001).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adamczewski A., Hertzog T., Dosso M., Jouve P., Jamin J.-Y. (2011), L’irrigation peut-elle se substituer aux cultures de décrue ? Cahiers Agriculture, n° 20, p. 97-104.

Auclair E., Vanoni D. (2001). L’attractivité du milieu rural perçu par les jeunes : un enjeu pour les politiques de développement local. Recherche sociale, n° 159, p. 40-68.

Ballet J., Dubois J-L., Mahieu F-R. (2004). À la recherche du développement socialement durable. Développement Durable & Territoires, Dossier 3, Février.

Brunet-Moret Y., Chaperon P., Lamagat J.-P., Molinier M. (1986). Monographie hydrologique du fleuve Niger. Tome II « Cuvette lacustre et Niger moyen ». Paris, ORSTOM, 503 p.

Carrington W. J., Detragiache E., Vishwanath T. (1996). Migration with endogenous moving costs. The American Economic Review, vol. 86, n° 4, p. 909-930.

Cochet H., Devienne S. (2006). Fonctionnement et performances économiques des systèmes de production agricole : une démarche à l’échelle régionale. Cahiers Agriculture, vol. 15 n° 6, p. 578-83.

Davies S. (1996). Adaptable Livelihoods : Coping with Food Insecurity in the Malian Sahel. London, Macmillan Press.

De Haas H. (2001). Migration and agricultural transformations in the oases of Morocco and Tunisia. Utrecht, KNAG, 42 p.

Dillon A. (2007). Mesurer l’impact du Programme Mali-Nord. Étude sur la Pauvreté et la Sécurité Alimentaire au Nord Mali. Université de Cornell, Département d’Économie appliquée et de Gestion, Janvier.

Ferrara L., Henriot A. (2004). La localisation des entreprises industrielles : comment apprécier l’attractivité des territoires ? Économie Internationale, vol. 99, n° 3, p. 91-111.

Gastellu J.-M. (1979), Mais où sont donc ces unités économiques que nos amis cherchent tant en Afrique, Colloque « Évaluation du développement rural et méthodes d’investigation », Paris, A.M.I.R.A., janvier.

Goodland R. (1995). The concept of environmental sustainability. Annual Review of Ecology and Systematics, n° 26, p. 1-24.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guilmoto C.Z., Sandron F. (2000), La dynamique interne des réseaux migratoires dans les pays en développement. Population, vol. 55, n° 1, p. 105-136.
DOI : 10.2307/1534767

Harrower S., Hoddinott J. (2004). Consumption smoothing and vulnerability in the zone lacustre. Mali, FCND discussion paper 175, Food Consumption and Nutrition Division, International Food Policy Research Institute, March.

Hiernaux P., Le Houérou H.N. (2006). Les parcours du Sahel, Sécheresse, 17 (1), p. 51-71.

Jamin J. Y., Bouarfa S., Poussin J.-C., Garin P. (2011). Les agricultures irriguées face à de nouveaux défis. Cahiers Agriculture, n° 20, p. 10-15.

Jouve P. (1992). Le diagnostic du milieu rural : de la région à la parcelle. Approche systémique des modes d’exploitation agricole du milieu, In « L’appui aux producteurs », Paris, Ed. Min Coopération et développement.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lachenmann G. (1988). Development Policy and Survival Strategies in the Zone Lacustre in Mali. Sociologia ruralis, vol. 28, n° 2-3, p. 182-198.
DOI : 10.1111/j.1467-9523.1988.tb01038.x

Lallau B., Dumbi C. (2008), Du capital social à l’agencéité. Essai sur les capacités à l’action collective des agriculteurs urbains de Kinshasa (RD Congo). In Dubois J.-L., Brouillet A.-S., Bakhshi P. Duray-Soundron C. (Eds.), « Repenser l’action collective. Une approche par les capabilités », Réseau Impact/L’Harmattan, Collection éthique économique.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lykke A. M., Kristensen M. K., Ganaba S. (2004), Valuation of local use and dynamics of 56 woody species in the Sahel. Biodiversity and Conservation, n° 13, p. 1961-90.
DOI : 10.1023/B:BIOC.0000035876.39587.1a

Milleville P., Serpentié G. (1994). Intensification et durabilité des systèmes agricoles en afrique soudano-sahélienne. In Benoît-Cattin M., Grandi (de) J. C. (éds.), « Promotion de systèmes agricoles durables dans les pays d’Afrique soudano-sahélienne », Actes du Colloque, 10-14 janvier, Dakar, Sénégal, FAO, Cirad.

Olivier de Sardan J. P. (2008). La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Anthropologie prospective, n°3, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, p. 365p.

Pool I. (1988). Population, alimentation et main d’œuvre. In Tabutin D. (éd.), « Population et sociétés en Afrique au sud du Sahara », Paris, L’Harmattan, p. 479-96.

Requier-Desjardins D. (2003). Le capital social dans la théorie économique : actif privé ou bien public ? Le point sur quelques contributions récentes. In Ballet J., Guillon R. (dir.), « Regards croisés sur le capital social », Paris, L’Harmattan, p. 15-39.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rosental P. A. (1999). Maintien/Rupture, un nouveau couple pour l’analyse des migrations. Annales ESC, 6.
DOI : 10.3406/ahess.1990.278916

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Scoones I. (2009). Livelihoods perspectives and rural development. Journal of Peasant Studies, vol. 36, n° 1.
DOI : 10.1080/03066150902820503

World Bank (2009). World Development Report 2009 : Reshaping Economic Geography. The World Bank, Washington DC.

Haut de page

Notes

1 Chambers R., Conway G. (1991). Sustainable rural livelihoods : Practical concepts for the 21st century. Brighton, IDS, Working Paper, n° 296.

2 Ceci renvoie à la définition d’un développement socialement durable, proposée au sein d'extensions récentes de l'approche par les capabilités (Ballet et al., 2004).

3 « Un système est avant tout une représentation synthétique d'un ensemble complexe dont le fonctionnement résulte des relations qui s'établissent entre les éléments de cet ensemble » (Jouve, 1992).

4 Dans cet article, les populations sont définies selon les langues parlées. Par exemple, la population Tamasheq est constituée de l’ensemble des groupes sociaux parlant cette langue (touaregs comme populations serviles).

5 Ainsi les anciens esclaves Tamasheqs ne possèdent un accès à la terre qu’à travers leurs maîtres ; leurs investissements productifs et de capacités sont donc très limités. C’est ainsi que la mise en culture des rives des lacs en période de décrue constitue à leurs yeux une situation agricole privilégiée : le développement des associations culturales leur permet de tirer parti au mieux des potentialités du milieu sans y investir d’autres facteurs de production que leur force de travail. On trouve là une illustration du bonding, qui constitue, dans la terminologie anglo-saxonne, l’une des facettes du capital social (Requier-Desjardins, 2003).

6 Durant les phases d’immigration continue, le taux annuel d’accroissement relatif de la population (ac) est supérieur au taux d’accroissement naturel (a) mais constant sur une période de 3 à 10 ans. Au lac Horo, d’après l’évolution démographique des villages, on considère : a < ac ≤ 1,1 a. Les vagues migratoires sont caractérisées par un taux d’accroissement saltatoire de la population (av) sur une période de 1 à 3 ans. Au lac Horo, on considère : 1,1 a < av ≤ 1,5 a.

7 Hypothèse où la totalité de la production est vendue sur le marché local.

8 Ils décrivent pour les systèmes agraires sahéliens un risque d’« évolution régressive » lorsque l’augmentation de la population conduit à une baisse de la productivité du travail et finalement à un « point de blocage » qui nécessite une recombinaison des facteurs de production.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Extension de la crue du fleuve Niger dans le delta intérieur et les dépressions lacustres
Crédits Source : adapté par les auteurs de Brunet-Moret et al., 1986
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau 1. Les critères pour évaluer la durabilité de l’attractivité du lac Horo
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 2. Aménagement de l’espace agricole et impacts sur les autres utilisateurs du lac
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 3. Densités de population dans les communes du cercle de Goundam
Crédits Source : les auteurs d’après le Recensement général de la population, 2009
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Titre Tableau 2. Conséquences de l’immigration sur l’agencéité collective
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-5.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 4. Densification du peuplement et évolution des ressources ligneuses
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 5. Stratégies d’adaptation et migrations
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-7.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau 3. Impacts des migrations sur les moyens d’existence des familles
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-8.png
Fichier image/png, 93k
Crédits Source : les auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-9.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 6. Secteurs pour lier attractivité et durabilité au lac Horo
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-10.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 5. L’exemple des secteurs 10 et 7
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/3535/img-11.png
Fichier image/png, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Hertzog, Amandine Adamczewski et Benoît Lallau, « De l’attractivité à la non durabilité ? Essai sur les stratégies paysannes et pastorales au Lac Horo (Nord Mali) », Économie rurale, 330-331 | 2012, 125-144.

Référence électronique

Thomas Hertzog, Amandine Adamczewski et Benoît Lallau, « De l’attractivité à la non durabilité ? Essai sur les stratégies paysannes et pastorales au Lac Horo (Nord Mali) », Économie rurale [En ligne], 330-331 | juillet-septembre 2012, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 25 août 2016. URL : http://economierurale.revues.org/3535 ; DOI : 10.4000/economierurale.3535

Haut de page

Auteurs

Thomas Hertzog

UMR G-Eau, Cirad, thomas.hertzog@cirad.fr

Amandine Adamczewski

UMR G-Eau, Cirad ; amandine.adamczewski@cirad.fr

Benoît Lallau

Clersé, Université de Lille 1 ; benoit.lallau@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page