Navigation – Plan du site
Recherches

Le bio s’use-t-il ? Analyse du débat autour de la conventionalisation du label bio

Is organic quality wearing thin? Analysis of the debate around the organic label "conventionalisation"
Geneviève Teil
p. 102-118

Résumés

La « conventionalisation » pèse-t-elle comme une épée de Damoclès sur le bio ? Cette menace soulevée par certains agrobiologistes a été examinée par la recherche qui a tenté, sans succès, de mesurer une « dérive » dans les mises en œuvres du bio. Cet article reprend cette question, mais au lieu de chercher, comme les précédents, à expliciter le bio, il entre dans la controverse du développement et de la pérennisation du mouvement qui agite les acteurs. Cet examen montre que s’affrontent deux régimes d’action reposant chacun sur deux visions bien différentes des usages acceptables du label AB. Cependant, quelles que soient les oppositions, ces deux régimes sont aussi en étroites interactions mutuellement bénéfiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

La crainte de l’érosion du label AB
La contribution de la recherche à l’érosion du label
L’érosion du label : une menace contestée
Dépossession et réappropriation du bio
Le label pour diffuser le bio
Une coexistence parfois houleuse
Bio, qualité globale ou caractéristique objectivée ?
Un bio bifide ?
Le bio durable : une finalité active et cadrée

Aperçu du début du texte

La notion de durabilité tire sans doute son succès de son ambiguïté. Comment savoir en effet ce qui est durable et ce qui ne l’est pas ? Y a-t-il un seuil au-delà duquel un état ou une démarche peut être considéré comme durable ? À partir de quelle durée une démarche est-elle durable ? De plus l’examen de la rémanence d’un objet oblige à en préciser la nature : qu’est-ce que le bio, quelles évolutions et adaptations peuvent être considérées comme tolérables ou inacceptables ? Comment peut-on répondre à de telles questions ? La notion même de durabilité a-t-elle un sens ?

La logique inciterait à tourner rapidement la page ; la prudence souligne qu’elle alimente de très nombreuses conversations, activités, occupe de nombreuses pages et personnes. Une notion vide de sens n’aurait-elle pas déjà lassé ?

Cet article propose de regarder comment les acteurs font pour s’accommoder d’un objet si délicat. Il écarte la notion de durabilité en général (sujet trop vaste pour un si petit article) p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Teil, « Le bio s’use-t-il ? Analyse du débat autour de la conventionalisation du label bio », Économie rurale, 332 | 2012, 102-118.

Référence électronique

Geneviève Teil, « Le bio s’use-t-il ? Analyse du débat autour de la conventionalisation du label bio », Économie rurale [En ligne], 332 | novembre-décembre, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://economierurale.revues.org/3708

Haut de page

Auteur

Geneviève Teil

Institut national de la recherche agronomique (INRA), Sciences pour l’action et le développement, France, et Institut national de la recherche agronomique (INRA) Centre Régional de Recherche Agronomique de Tanger, Maroc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page