Navigation – Plan du site
Recherches

Droits de propriété en économie pastorale. Le raisonnement hardinien est-il crédible ?

The hardinien reasoning: is it credible enough for the upholders of “property rights” in pastoral economy?
Adil Roumane
p. 21-33

Résumés

Les débats autours de l’allocation optimale des ressources forestières ont mis en évidence la forte dépendance entre leur soutenabilité et les régimes de propriété. Pour privilégier la solution privative, les tenants de l’École des droits de propriété ont d’abord opté pour la remise en cause de la propriété commune qu’ils considèrent comme facteur accélérant la détérioration de la ressource. Si leurs arguments sont multiples, le plus célèbre reste l’article de Hardin relative à la tragédie des communs. L’auteur propose d’imaginer une communauté d’éleveur partageant un pré en commun. Tenté par la maximisation de sa propre utilité, chaque éleveur continuera d’élargir la taille de son troupeau pour augmenter son rendement, ce qui se traduira par une détérioration tragique de la ressource. La solution est donc de privatiser le pré. L’auteur tentera de soumettre ce raisonnement à la réalité pour évaluer sa crédibilité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

Soutenabilité des ressources pastorales face aux modes de gestion
La réplique au fondement théoriquede la tradition hardinienne
Quelle efficacité pour la solution hardinienne ?
L’explication graphique
L’aspect tragique du raisonnement hardinien ?
Les structures locales : argument d’efficience en faveur de l’autochtonie
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’auteur remercie son Directeur Monsieur Jean-François Noël pour son appui scientifique et reste entièrement responsable du contenu de l’article.

Si l’économie relative au monde rural s’intéresse le plus souvent à l’agriculture, la foresterie n’y est pas moins importante notamment dans les pays pauvres où le lien entre le stock disponible et le développement socioéconomique est particulièrement fort. Les activités pastorales sont un bon exemple. Dans ce contexte, les débats autours de l’allocation optimale des ressources forestières en général et fourragères en particulier ont mis en évidence la forte dépendance entre les modes d’exploitation et les régimes de propriété. Avec l’émergence de la notion d’effets externes (Pigou, 1920) et la montée en puissance de l’École des droits de propriété (Coase, 1960 ; Dales,1968) les systèmes communautaires de gestion seront vigoureusement mis en cause dès le milieu du siècle précédent. Ces mises en cause se sont appuyées dans un premier temps ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adil Roumane, « Droits de propriété en économie pastorale. Le raisonnement hardinien est-il crédible ? », Économie rurale, 335 | 2013, 21-33.

Référence électronique

Adil Roumane, « Droits de propriété en économie pastorale. Le raisonnement hardinien est-il crédible ? », Économie rurale [En ligne], 335 | mai-juin 2013, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://economierurale.revues.org/3926

Haut de page

Auteur

Adil Roumane

Centre d’Etudes sur la Mondialisation, les Conflits, les Territoires et les Vulnérabilités » (CEMOTEV-E.A. 4457), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page