Navigation – Plan du site
Recherche

Contrat bancaire et monitoring : le cas de l’installation en viticulture

Bank contract and monitoring: the case of young farmers in the wine sector
Julien Cadot
p. 21-39

Résumés

La banque est le premier apporteur de ressources financières externes des jeunes viticulteurs. Cet article s’intéresse aux interactions entre les termes formels du contrat bancaire (montant de la dette, garanties, part de la dette à court terme) et le monitoring exercé par le banquier. L’analyse empirique montre que l’engagement ex ante de la banque, la prise de caution et la dette à court terme sont des déterminants du monitoring. De plus, la disponibilité du crédit ex post est associée à de meilleures performances (revenus plus élevés et maîtrise des risques) quand l’accompagnement par la banque implique du monitoring. Cependant les garanties hypothécaires peuvent en réduire la qualité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

Revue de littérature
Relation ambiguë entre monitoring et contrat bancaire
Les termes du contrat comme déterminants du monitoring
Propriétés incitatives des termes du contrat
Les données
L’échantillon
Les variables
Statistiques descriptives
Les termes du contrat comme déterminants du monitoring
Propriétés incitatives du contrat et monitoring
Conclusion

Aperçu du début du texte

La banque est le principal apporteur de capitaux externes des agriculteurs. Son rôle est critique au moment de l’installation qui s’accompagne souvent d’investissements lourds, encouragés par les bonifications de prêts accordées par l’État aux jeunes agriculteurs. Dans ce contexte, l’accompagnement des « jeunes agriculteurs » par la banque, via les contrats mis en place et le suivi des entrepreneurs (monitoring), est un déterminant essentiel des conditions de l’installation. Cet article traite de deux aspects de l’accompagnement bancaire : le lien entre les contrats accordés par la banque et le monitoring bancaire, et les effets incitatifs des termes du contrat dans le cadre d’un accompagnement avec plus ou moins de monitoring. Dans notre échantillon, qui comprend 272 cas d’installations réalisées entre 1998 et 2003, les jeunes agriculteurs investissent près de 10 000 euros par hectare (pour une moyenne de 15 ha, très variable selon les régions viticoles), pour 11 000 euros de chiff...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Cadot, « Contrat bancaire et monitoring : le cas de l’installation en viticulture », Économie rurale, 336 | 2013, 21-39.

Référence électronique

Julien Cadot, « Contrat bancaire et monitoring : le cas de l’installation en viticulture », Économie rurale [En ligne], 336 | juillet-août 2013, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 20 avril 2014. URL : http://economierurale.revues.org/3972

Haut de page

Auteur

Julien Cadot

Institut supérieur de gestion, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page