Navigation – Plan du site
Recherches

Démantèlement et pérennité des offices de commercialisation : une question de paradigme ?

Dismantlement and Sustainability of Agricultural Marketing Boards: A Paradigm Issue?
Annie Royer, Jean-Michel Couture et Daniel-Mercier Gouin
p. 25-40

Résumés

La pérennité des offices de commercialisation agricoles canadiens contraste avec le démantèlement massif de ces organisations partout ailleurs dans le monde. Cet article propose d’analyser les raisons sous-jacentes aux démantèlements des offices laitiers de Grande-Bretagne, Nouvelle-Zélande et Australie afin de mieux comprendre pourquoi les offices canadiens perdurent. L’analyse des divers cas est faite à l’aide d’une grille d’analyse des conditions de changement de paradigme politique. Les résultats montrent que les démantèlements ont tous été effectués au cours ou à la suite d’un changement de paradigme économique. Les offices canadiens n’auraient pas connu le même sort, notamment parce que le paradigme qui soutient ces organisations n’a toujours pas été remis en question pour des raisons de pragmatisme économique et politique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Paradigme, politiques publiques et institutions
Le démantèlement des offices au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et en Australie
Les Milk Marketing Boards au Royaume-Uni
L’office de commercialisation du lait en Nouvelle-Zélande
Démantèlement des offices de commercialisation du lait en Australie
Convergence des trois études de cas
Résilience des offices de commercialisation du lait au Canada
Conditions non-vérifiées au Canada
Facteurs favorisant le paradigme en place
Conclusion

Aperçu du début du texte

Certains auteurs mentionnent que les récentes réformes en matière de politiques agricoles sont l’aboutissement d’un changement de paradigme économique (Coleman, 1998). Les politiques ne seraient plus modelées par le modèle de l’exception agricole et de l’État interventionniste, mais par celui du libre marché. D’autres argumentent que les réformes sont plutôt programmatiques et qu’elles ne constituent que des changements à l’intérieur du même paradigme (Skogstad, 2008b). Ainsi, le paradigme de l’État interventionniste serait toujours dominant dans le paysage des politiques agricoles. Le démantèlement des offices de commercialisation au cours des années 1980-1990 représente un cas intéressant dans le cadre de ce débat. Les offices de commercialisation sont des institutions disposant de pouvoirs délégués par l’État leur permettant de commercialiser les produits agricoles au nom des producteurs, et donc de s’interposer dans l’échange du produit agricole brut entre producteurs agricoles ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Royer, Jean-Michel Couture et Daniel-Mercier Gouin, « Démantèlement et pérennité des offices de commercialisation : une question de paradigme ? », Économie rurale, 341 | 2014, 25-40.

Référence électronique

Annie Royer, Jean-Michel Couture et Daniel-Mercier Gouin, « Démantèlement et pérennité des offices de commercialisation : une question de paradigme ? », Économie rurale [En ligne], 341 | mai-juin 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4313 ; DOI : 10.4000/economierurale.4313

Haut de page

Auteurs

Annie Royer

Université Laval, Département d’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Québec

Articles du même auteur

Jean-Michel Couture

Groupe AGECO, Québec

Articles du même auteur

Daniel-Mercier Gouin

Université Laval, Département d’économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page