Navigation – Plan du site
Recherches

Conversion environnementale de la production bananière guadeloupéenne : une stratégie politique et économique

The conversion to the environment of the banana sector in Guadeloupe: a strategic argument to defend its economic interests
Muriel Bonin et Cécile Cathelin
p. 63-82

Résumés

La production bananière de Guadeloupe a entrepris une conversion à l’environnement dans le cadre de son plan « banane durable 2008-2013 ». À l’aide d’un cadre théorique en sociologie de l’action publique, les auteures montrent un transfert partiel de la responsabilité de prise en charge des préoccupations environnementales des acteurs publics vers les acteurs privés, conduisant à des formes de privatisation de la gestion des externalités environnementales. La dimension environnementale est alors détournée par les acteurs privés afin de justifier des politiques publiques en leur faveur. Dans un contexte de crise environnementale et économique, les efforts réalisés en matière de pratiques plus respectueuses de l’environnement visent à restaurer l’image de la production, et participent à la défense des intérêts économiques du secteur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Cadre théorique et méthodologie
Cadre théorique en sociologie de l’action publique
Méthodologie
La double crise de la production bananière de Guadeloupe
La crise environnementale
La crise économique
La conversion à l’environnement de la filière
Les impératifs réglementaires de l’Union européenne
Les MAE, des mesures incitatives aux résultats limités
Le plan « Banane durable »
Vers une autorégulation de la filière banane ?
La « banane durable », argument politique pour la défense d’intérêts économiques
Un soutien constant des pouvoirs publics à la production bananière
Des relations privilégiées avec les pouvoirs publics
La banane durable, justification du soutien public à la production bananière

Aperçu du début du texte

Depuis une dizaine d’années, la production bananière de Guadeloupe, accompagnée par les pouvoirs publics, a entrepris une conversion à l’environnement. Le point d’orgue de cette initiative est la mise en place en 2007 du plan « banane durable 2008-2013 », soutenu par les pouvoirs publics locaux et nationaux. Pourquoi et comment la production bananière, qui s’était jusque-là plutôt fait connaître pour sa consommation élevée de pesticides et la « crise du chlordécone », s’est-elle engagée dans une telle conversion ? Nous souhaitons ainsi nous interroger sur les raisons et les modalités de la conversion à l’environnement de la production bananière en Guadeloupe et sur ses conséquences en termes d’évolution de l’action publique. Les efforts réalisés en matière de pratiques plus respectueuses de l’environnement visent non seulement à restaurer l’image de la production, ternie par le chlordécone, mais participent également à la défense active des intérêts économiques du secteur. En effet,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Bonin et Cécile Cathelin, « Conversion environnementale de la production bananière guadeloupéenne : une stratégie politique et économique », Économie rurale, 341 | 2014, 63-82.

Référence électronique

Muriel Bonin et Cécile Cathelin, « Conversion environnementale de la production bananière guadeloupéenne : une stratégie politique et économique », Économie rurale [En ligne], 341 | mai-juin 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4329 ; DOI : 10.4000/economierurale.4329

Haut de page

Auteurs

Muriel Bonin

UMR TETIS, CIRAD, Montpellier ; muriel.bonin@cirad.fr

Cécile Cathelin

UMR ART-Dev, CIRAD, Montpellier; cecile.cathelin@cirad.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page