Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon
p. 107-119

Notes de la rédaction

L’objectif de ce papier est de déterminer, à partir d’une enquête menée sur 98 exploitations agricoles, les facteurs de développement de culture du maïs au Burkina Faso et notamment l’influence du système coton sur cette production de maïs. Deux régions caractérisées par un système coton différent, la zone Ouest et la Sissili, sont analysées.

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient tout particulièrement Didier Simon et Marie-Cécile Thirion de l’Agence Française du Développement (AFD), Nicolas Bricas du CIRAD ainsi que l’éditeur et les relecteurs anonymes qui ont permis d’améliorer ce papier. Les auteurs remercient aussi les personnes ayant contribué à la réalisation de cette étude par leur témoignage et leur appui lors de la mission terrain : l’Agence de Ouagadougou (AFD), les responsables de l’UNPCB et de la FEPPASI en particulier. Les conclusions émises sont toutefois propres aux auteures.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La structuration de l’agriculture burkinabé. L’influence du « système coton »
L’accès aux moyens de production
Une forte variabilité des prix des intrants et du prix d’achat du coton
La relation entre système coton et filière maïs
Méthodologie de l’enquête et caractéristiques des zones de l’étude
Déterminants microéconomiques de l’orientation de la production de coton et de maïs
Des facteurs techniques et sociaux concourent aux choix d’assolement des producteurs
Répartition du chiffre d’affaires entre vivrier et coton
Analyse et discussion
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’agriculture burkinabé représente plus de 30 % du PIB du pays et occupe 84,5 % de la population active. Il s’agit avant tout d’une agriculture de subsistance basée sur les céréales (sorgho, mil, maïs, riz et fonio). Concernant les cultures de rente, la filière coton représente 21 % de la valeur ajoutée du secteur agricole, réalise 60 % des exportations et emploie plus de 3 millions de personnes. Au cours des 40 dernières années, le système coton a joué un rôle significatif dans l’évolution du panorama agricole et a été un exemple en matière d’organisation et de structuration de filière. Ce système intégré a permis aux agriculteurs burkinabés d’accéder à des moyens de productions modernes dédiés à cette culture de rente tout en incitant le maïs en tant que culture vivrière dans les assolements, favorisant la sécurité alimentaire des agriculteurs.

La structuration de l’agriculture burkinabé. L’influence du « système coton »

Le « système coton » qui émerge dans les années 1970 repose su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon, « Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso », Économie rurale, 341 | 2014, 107-119.

Référence électronique

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon, « Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso », Économie rurale [En ligne], 341 | mai-juin 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4353 ; DOI : 10.4000/economierurale.4353

Haut de page

Auteurs

Aurore Guenot

AGROCAMPUS OUEST, INRA, UMR1302, Rennes

Marilyne Huchet-Bourdon

AGROCAMPUS OUEST, INRA, UMR1302, Rennes ; marilyne.huchet-bourdon@agrocampus-ouest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page