Navigation – Plan du site
Recherche

La répartition spatiale des industries agroalimentaires dans le secteur coopératif français

The spatial distribution of the food industry in the French co-operative sector
Pierre Triboulet et Stéphanie Pérès
p. 49-69

Résumés

Cet article vise à expliquer l’organisation spatiale des activités industrielles des coopératives agricoles françaises en 2005. Les auteurs mobilisent les outils de l’analyse exploratoire de données spatiales pour caractériser les structures de localisation des activités au niveau établissement à partir d’un découpage en cinq familles de produits. Ces outils étant sensibles aux découpages spatiaux retenus, ils testent l’impact de deux niveaux géographiques (canton et département) puis estiment au niveau cantonal plusieurs modèles logistiques pour identifier les facteurs explicatifs des structures spatiales observées. Les résultats, différenciés selon les familles de produit, mettent en lumière la localisation préférentielle des activités industrielles dans les zones à haut potentiel agricole mais aussi dans des zones démographiques en croissance et à proximité d’aires urbaines de taille intermédiaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La concentration géographique des activités industrielles
1. Les bénéfices attendus d’un regroupement localisé d’entreprises
2. Les questions soulevées par la mesure des regroupements localisés d’entreprises
Présentation des données et des méthodes d’analyse
1. Mesure de la concentration et choix des indicateurs et des niveaux de découpage
2. Une base de données originale sur les établissements industriels des coopératives
Résultats
1. Les mesures de concentration et d’autocorrélation
Concentration globale
L’autocorrélation globale
L’autocorrélation locale
2. Une modélisation logit des structures cantonales de localisation
Synthèse des résultats
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans la lignée des travaux fondateurs de Marshall (1890) et de Krugman (1991), la littérature s’accorde sur le fait que l’industrie ne se répartit pas au hasard et tend à se concentrer spatialement. Cependant, tant les questions de mesure que de caractérisation des phénomènes d’agglomération restent d’actualité du fait des difficultés méthodologiques rencontrées, de la diversité des espaces à prendre en compte et de la multiplicité des facteurs pouvant expliquer ces regroupements d’activités et leurs dynamiques (Feser et Isserman, 2009 ; Puga, 2010). Ellison et Glaeser (1997) invitent ainsi à la prudence quand il s’agit d’identifier le poids respectif des dotations en ressources naturelles et des externalités positives dans les processus de regroupement d’entreprises. Dans ce contexte, quel est l’apport des mesures d’autocorrélation spatiale pour caractériser les structures de localisation des activités d’un type particulier d’entreprises, les coopératives agricoles ? Est-ce que les...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Triboulet et Stéphanie Pérès, « La répartition spatiale des industries agroalimentaires dans le secteur coopératif français », Économie rurale, 346 | 2015, 49-69.

Référence électronique

Pierre Triboulet et Stéphanie Pérès, « La répartition spatiale des industries agroalimentaires dans le secteur coopératif français », Économie rurale [En ligne], 346 | Mars-avril 2015, mis en ligne le 15 mars 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4619 ; DOI : 10.4000/economierurale.4619

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page