Navigation – Plan du site

Les points forts de ce numéro

Aude Ridier et Pierre Labarthe

Pierre Naves
L’encadrement des circuits courts : du secteur agricole aux territoires ?
L’encadrement professionnel des circuits courts est encore peu stabilisé. Il est remis en cause par l’émergence de politiques publiques qui le concurrencent. Les collectivités redéfinissent les enjeux à l’aune de leur dimension territoriale.

Elsa Martin, Jaune Vaitkeviciute
Mesure de l’impact du changement climatique sur l’agriculture de Côte-d’Or
Les auteurs proposent de mettre en oeuvre une méthode de mesure de l’impact économique du changement climatique sur l’agriculture de Côte-d’Or. Cette méthode est basée sur une analyse de la rente foncière corrigeant la colinéarité. Les effets du climat sur les prix ne sont pas spatialement homogènes

Fateh Mamine, Étienne Montaigne, Jean-Pierre Boutonnet
Perception de la qualité des produits laitiers et comportement du consommateur algérien
La qualité sensorielle des produits artisanaux explique leur prix sur le marché. Les divergences sur la valeur de la qualité font varier les coûts de mesure. La confiance et à la réputation pour réduire les coûts de mesure de la qualité. Le niveau d’instruction détermine le type de confiance à la consommation.

Abdelmohssin El Mokaddem, Sylvie Morardet, Caroline Lejars, Mohammed Rachid Doukkali, Fayçal Benchekroun
Conception d’un paiement pour services environnementaux en pâturages collectifs. Une expérimentation des choix
Les auteurs testent l’acceptabilité des paiements pour services environnementaux (PSE) au sein d’un pâturage collectif. L’expérimentation des choix permet de guider la conception d’un PSE en biens communs. L’assistance technique incite au PSE et à l’action collective. La souscription individuelle conditionnelle à un PSE rend les PSE possibles au sein des biens communs.

Cheikh Ahmadou Bamba Ngom, Felwine Sarr, Amadou Abdoulaye Fall
Mesure de l’efficacité technique des riziculteurs du bassin du fleuve Sénégal
L’efficacité technique moyenne du bassin du fleuve Sénégal pour 2012 est de 70 %. Des moyens financiers supplémentaires sont essentiels pour la R&D agricoles. L’accroissement de l’efficacité technique est plus souhaitable à court terme