Navigation – Plan du site
Recherche

Mesure de l’efficacité technique des riziculteurs du bassin du fleuve Sénégal

Estimating the technical efficiency of rice farmers in the Senegal River valley
Cheikh Ahmadou Bamba Ngom, Felwine Sarr et Amadou Abdoulaye Fall
p. 91-105

Résumés

Ce travail a pour objectif de mesurer l’efficacité technique des riziculteurs du bassin du fleuve Sénégal et d’analyser les déterminants de leur inefficacité. Les estimations ont montré que, s’il avait été efficace, le riziculteur moyen aurait pu accroître sa production actuelle de 30 % sans inputs additionnels, contre une marge de progrès potentielle de 86 % pour le riziculteur le moins performant. Les facteurs qui impactent significativement l’efficacité sont le lieu de résidence, le genre, la taille du ménage, le niveau d’instruction, l’ethnie, la distance entre la maison et la parcelle, et le nombre de parcelles cultivées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Méthodes d’estimation de l’efficacité technique
1. Discussions autour des modèles de frontières de production
2. Application empirique
3. Spécification d’hypothèses
Présentation des résultats d’estimation
Interprétation des résultats et discussion
1. La fonction de production
2. La fonction d’inefficacité technique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Sénégal constitue l’un des plus grands pays consommateurs de riz en Afrique subsaharienne. Cet aliment représente près de 50 % du volume de céréales consommées au plan national (Gergely et Baris, 2009). Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (ONUAA), la consommation moyenne par personne en riz au niveau national qui était de près de 60 kg en 1995 est passée à 74 kg en 2003 avec une hausse annuelle de 1,6 kg (ISRA/DAPS/Centre du Riz pour l’Afrique, 2010). Cette consommation a progressé régulièrement au rythme de 3,5 % par an entre 1990 et 2008 en raison de la croissance démographique, de l’urbanisation qui renforce la demande en riz et d’un niveau des prix internationaux relativement bas (Gergely et Baris, 2009). En dépit de cette forte demande, la production nationale ne peut couvrir que deux à trois mois de consommation. Face à un écart considérable entre la demande et l’offre et à un déficit de la balance commerciale grandissant, les autorit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cheikh Ahmadou Bamba Ngom, Felwine Sarr et Amadou Abdoulaye Fall, « Mesure de l’efficacité technique des riziculteurs du bassin du fleuve Sénégal », Économie rurale, 355 | 2016, 91-105.

Référence électronique

Cheikh Ahmadou Bamba Ngom, Felwine Sarr et Amadou Abdoulaye Fall, « Mesure de l’efficacité technique des riziculteurs du bassin du fleuve Sénégal », Économie rurale [En ligne], 355 | septembre-octobre, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5021 ; DOI : 10.4000/economierurale.5021

Haut de page

Auteurs

Cheikh Ahmadou Bamba Ngom

Université Gaston Berger ; Institut Sénégalais de Recherches Agricoles, Saint-Louis, Sénégal ; shaixunabamba@hotmail.fr

Felwine Sarr

Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal ; felwine@gmail.com

Amadou Abdoulaye Fall

Institut Sénégalais de Recherches Agricoles, Saint-Louis, Sénégal ; aafall2@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page