Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Analyse financière des exploitations fruitières et maraîchères françaises qui vendent au détail

A financial analysis of French retailing farms specializing in fruit production and market gardening
Magali Aubert et Geoffroy Enjolras
p. 99-113

Résumés

Cet article étudie la situation financière des exploitations agricoles qui vendent au détail. L’analyse porte sur des indicateurs financiers traditionnels, mais aussi, de façon plus originale, sur des marqueurs de difficulté. Deux secteurs sont étudiés plus spécifiquement : l’arboriculture fruitière et le maraîchage, en raison de l’adoption marquée de la vente au détail par les agriculteurs, mais aussi la présence de difficultés financières pour certains d’entre eux. La littérature permet de définir des critères d’analyse financière pertinents, mesurés grâce aux données du RICA (2005-2012). La vente au détail est associée à des exploitations plus petites, moins dotées en ressources et en trésorerie. Ces dernières produisent moins en volume, renforcent leur diversification et proposent une meilleure qualité de produits. Leur situation financière apparaît plus solide en dépit de taux d’intérêts voire d’un endettement plus élevés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie et données mobilisées
1. Base de données
2. Adoption de la vente au détail
3. Situation financière des exploitations
Équilibre financier et capacité d’autofinancement
Ratios financiers
Mesure de la difficulté financière
Difficultés financières et vente au détail
4. Autres variables mobilisées
Analyse de la situation financière des exploitations qui vendent au détail
1. Équilibre financier et capacité d’autofinancement
2. Ratios financiers
3. Autres paramètres relatifs aux exploitations
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’agriculture française connaît de profondes évolutions depuis plusieurs décennies. Un fait marquant est le net déclin du nombre des exploitations agricoles (Giroux, 2011). Entre 2000 et 2010, une exploitation sur quatre a ainsi disparu, ramenant leur nombre à 490 000 en métropole. Alors que les moyennes et grandes exploitations continuent à étendre leur superficie, les plus petites sont les plus enclines à disparaître.

Parallèlement à cette évolution, les circuits courts connaissent un regain d’intérêt en France depuis plusieurs années (ministère de l’Agriculture, 2012). Les raisons de cet essor sont notamment l’implication de l’exploitant tout au long de la chaîne de distribution (Lanciano et Saleilles, 2010) ou encore l’image de proximité renvoyée par les circuits courts (Brown et Miller, 2008). Ce mode de commercialisation permet également au producteur de récupérer une plus grande partie de la valeur ajoutée en limitant le nombre d’intermédiaires sur la chaîne de valeur (Hardest...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Aubert et Geoffroy Enjolras, « Analyse financière des exploitations fruitières et maraîchères françaises qui vendent au détail », Économie rurale, 356 | 2016, 99-113.

Référence électronique

Magali Aubert et Geoffroy Enjolras, « Analyse financière des exploitations fruitières et maraîchères françaises qui vendent au détail », Économie rurale [En ligne], 356 | novembre-décembre 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 25 juin 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5076 ; DOI : 10.4000/economierurale.5076

Haut de page

Auteurs

Magali Aubert

INRA-Montpellier Supagro, UMR 1110 MOISA, Montpellier ; aubert@supagro.inra.fr

Articles du même auteur

Geoffroy Enjolras

Université Grenoble Alpes, UMR 5820 CERAG, IAE, Grenoble ; geoffroy.enjolras@iae-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page