Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Quelle main-d’œuvre contractuelle dans les exploitations agricoles ? À la base de l’éclatement du modèle familial

When the contract labour and the hired labour change the French model of the family farm
Bruno Legagneux et Valérie Olivier-Salvagnac
p. 101-116

Résumés

Au XXe siècle, la question du travail en agriculture a été centrée sur le recul du nombre d’actifs agricoles. La modernisation puis la crise du productivisme ont eu aussi des effets spécifiques sur les actifs familiaux, le salariat et les autres apports externes en travail. Le recensement statistique agricole national de 2010 renseigne sur la diversité de cette main-d’œuvre et notamment de ses formes contractuelles. L’analyse des différentes combinaisons d’apports en travail au sein des exploitations conduit à dégager huit profils d’exploitations agricoles. Ces résultats permettent de caractériser l’éclatement du modèle historique de l’exploitation agricole familiale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient Olivier Pauly pour sa contribution aux traitements des données statistiques du ministère de l’Agriculture. Ils remercient également les relecteurs anonymes : leurs commentaires et leurs suggestions ont permis notamment d’améliorer la lisibilité de l’article.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Évolutions de la main-d’œuvre dans les exploitations françaises au fil des ans
1. La famille : l’épicentre des mutations sociales agricoles du XXe siècle
2. Diversité des formes contractuelles de travail agricole
Les catégories d’apports contractuels non familiaux distinguées selon la statistique agricole
Les emplois partagés
La main-d’œuvre fournie par les structures externes
Synthèse dynamique
Le cas particulier de la main-d’œuvre salariée familiale
Typologie des exploitations agricoles 2010 selon les apports en main-d’œuvre
1. Méthodologie
Variables retenues pour la classification des exploitations agricoles
Définition de la population
Construction de la classification
2. Principaux axes factoriels explicatifs de la classification
3. Les huit grands types d’exploitations
4. Discussion
L’éclatement du modèle historique de l’exploitation familiale
Les limites de l’analyse multidimensionnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cette étude est centrée sur l’analyse des apports contractuels en travail dans les exploitations agricoles françaises. Le travail est un critère générique qui, sur le plan statistique, enrichit l’analyse de la diversité des exploitations (Sourisseau, 2014). Il peut être apporté de trois façons, soit par les exploitants et leur famille, soit par des salariés sans liens familiaux avec les exploitants, soit dans le cadre d’une sous-traitance. Nous appelons main-d’œuvre contractuelle les deux derniers types d’apport.

Nous utilisons les données de main-d’œuvre des recensements agricoles (RA) 2000 et 2010. Cette source classe les apports en trois types voisins de ceux mentionnés ci-dessus : main-d’œuvre permanente familiale, main-d’œuvre permanente salariée non familiale, main-d’œuvre non permanente. Sans rentrer dès maintenant dans les légers écarts de définition (cf. pages 104 et suivantes), nous pouvons assimiler la main-d’œuvre contractuelle aux deux derniers types.

En France, le traite...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Legagneux et Valérie Olivier-Salvagnac, « Quelle main-d’œuvre contractuelle dans les exploitations agricoles ? À la base de l’éclatement du modèle familial », Économie rurale, 357-358 | 2017, 101-116.

Référence électronique

Bruno Legagneux et Valérie Olivier-Salvagnac, « Quelle main-d’œuvre contractuelle dans les exploitations agricoles ? À la base de l’éclatement du modèle familial », Économie rurale [En ligne], 357-358 | janvier-mars 2017, mis en ligne le 17 février 2019, consulté le 26 mai 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5132 ; DOI : 10.4000/economierurale.5132

Haut de page

Auteurs

Bruno Legagneux

Université de Toulouse, INP-ENSAT,UMR 1248 AGIR INRA/INPT, équipe ODYCEEbruno.legagneux@ensat.fr

Valérie Olivier-Salvagnac

Université de Toulouse, INP-ENSAT,UMR 1248 AGIR INRA/INPT, équipe ODYCEEvalerie.olivier@ensat.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page