Navigation – Plan du site
Recherche

Vers une composition optimale de la forêt française

Une application de la théorie de la sélection de portefeuille aux critères biotechniques
Toward an Optimal Composition of French Forests
Marielle Brunette, Arnaud Dragicevic, Jonathan Lenglet et Alexandra Niedzwiedz
p. 27-49

Résumés

L’objectif de cette étude est d’appliquer la théorie de la sélection de portefeuille à la diversité en essences des forêts françaises. Les titres financiers sont ainsi remplacés par les essences forestières. Le portefeuille optimal est celui qui minimise le risque, tout en maintenant la productivité actuelle. L’étude est menée par département et sur 11 essences : épicéa commun (Picea abies), sapin pectiné (Abies alba), pin sylvestre (Pinus sylvestris), pin maritime (Pinus pinaster), mélèze d’Europe (Larix decidua), douglas (Pseudotruga menziesii), chêne pédonculé (Quercus robur), chêne sessile (Quercus petraea), chêne pubescent (Quercus pubescens), chêne vert (Quercus ilex) et hêtre commun (Fagus sylvatica). Les données utilisées proviennent des bases de données de l’Institut de l’information géographique et forestière (IGN). Les sorties du modèle corroborent les recommandations actuelles. À l’échelle nationale, dans la partie méridionale, les auteurs observent une productivité moindre mais aussi une meilleure résistance. À l’inverse, le Nord, actuellement plus productif, est plus sensible aux perturbations. Ces résultats illustrent le fait que certains outils économiques et financiers peuvent être utilisés dans un contexte sylvicole, à des fins d’aide à la décision.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient l’IGN pour l’accès aux données. Ce travail a été soutenu par l’Office National des Forêts au travers de la Chaire internationale d’enseignement et de recherche « Forêts pour Demain ». L’UMR Économie Forestière est soutenue par une subvention supervisée par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du programme « Investissements d’avenir » (ANR-11-LabX-0002-01) appelé Laboratoire d’Excellence ARBRE. Les auteurs sont très reconnaissants aux deux rapporteurs anonymes, dont les remarques et les suggestions ont permis d’améliorer, de manière significative, la version liminaire du manuscrit.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les forêts mélangées et la sélection de portefeuille
Matériel et méthodes
1. Théorie de la sélection de portefeuille et problématique biotechnique
2. Origine des données
3. Traitement des données brutes
4. Simulations des portefeuilles optimaux
Résultats
1. Résultats à l’échelle régionale
2. Représentation à l’échelle nationale
3. Discussion
Fonction objectif, préférences vis-à-vis du risque et du temps
Outil d’aide à la décision
Changement climatique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les forêts mélangées et la sélection de portefeuille

En France, la moitié des surfaces forestières présente une certaine diversité dans sa composition en essences, une proportion qui reste valable en volumes (Morneau et al., 2008). À l’échelle globale, les plantations industrielles diversifiées représentent moins de 0,1 % du couvert forestier, notamment du fait que les industriels et les investisseurs sont méfiants à l’égard du mélange : les peuplements mélangés génèrent des coûts de gestion supplémentaires (Nichols et al., 2006), les monocultures sont résilientes (Powers, 1999) et n’ont, jusqu’à présent, pas montré de déclin de la productivité (Powers, 1999 ; Evans, 2005).

Cependant, la littérature en économie forestière fait apparaître de nombreux bénéfices – vis-à-vis des monocultures – liés aux mélanges. Les forêts mélangées améliorent la productivité des peuplements (Morin et al., 2011), leur stabilité face aux aléas naturels (Schütz et al., 2006 ; Griess et Knoke, 2011) ainsi qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marielle Brunette, Arnaud Dragicevic, Jonathan Lenglet et Alexandra Niedzwiedz, « Vers une composition optimale de la forêt française », Économie rurale, 359 | 2017, 27-49.

Référence électronique

Marielle Brunette, Arnaud Dragicevic, Jonathan Lenglet et Alexandra Niedzwiedz, « Vers une composition optimale de la forêt française », Économie rurale [En ligne], 359 | Mai-juin 2017, mis en ligne le 10 mai 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5188 ; DOI : 10.4000/economierurale.5188

Haut de page

Auteurs

Marielle Brunette

UMR 356, AgroParisTech/INRA, Laboratoire d’Économie Forestière, Nancy ; marielle.brunette@inra.fr

Arnaud Dragicevic

UMR 356, AgroParisTech/INRA, Laboratoire d’Économie Forestière, Nancy ; Université Technique d’Istanbul, Département d’Économie, Istanbul, Turquie ; dragicevic@itu.edu.tr

Jonathan Lenglet

UMR 356, AgroParisTech/INRA, Laboratoire d’Économie Forestière, Nancy ; jonathan.lenglet@agroparistech.fr

Alexandra Niedzwiedz

UMR 356, AgroParisTech/INRA, Laboratoire d’Économie Forestière, Nancy ; alexandra.niedzwiedz@inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page