Navigation – Plan du site
Recherche

La micro-assurance agricole indicielle au Niger

Agricultural Index-Based Micro-Insurance in Niger
Ahamadou Maichanou
p. 81-102

Résumés

Cet article analyse les potentialités d’un marché d’assurance agricole indicielle au Niger. Il aborde dans un premier temps le concept même de la micro-assurance et justifie l’intérêt d’une micro-assurance agricole indicielle pour les populations pauvres. Dans un second temps, il discute les conditions de sa mise en œuvre dans le contexte du Niger. L’analyse montre l’existence de signaux favorables pour sa mise en place, mais elle révèle également de nombreux facteurs pouvant freiner ou ralentir son développement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Faible revenu, assurance classique et micro-assurance
1. La micro-assurance, entre mécanisme de marché et système de protection sociale
2. Justifications d’une micro-assurance agricole indicielle
3. Indices assurantiels climatiques et de végétation
Indice de déficit hydrique
Taux de satisfaction des besoins en eau et indice de rendement espéré
L’indice de satisfaction des besoins en eau de la FAO
L’indice satellitaire ou de végétation (NDVI)
4. Le risque de base et la confiance des acteurs
Risque de base lié à la modélisation
Le risque de base spatial
Le risque de base temporel
Le risque de base spécifique
Opportunités d’une micro-assurance agricole indicielle au Niger
1. Risque de sécheresse et fluctuations de la production agricole
2. Les conditions techniques liées aux indices
3. Demande potentielle et consentement à payer une prime
4. Le marché des assurances
5. Le système financier
Conclusion

Aperçu du début du texte

Bien que le secteur agricole du Niger soit le plus important dans la création des richesses nationales (40 % du PIB) et le principal pourvoyeur d’emplois (80 % de la population rurale), il souffre de pratiques culturales très peu modernisées. Il est aussi régulièrement affecté par des chocs climatiques importants (sécheresse, inondations) et subit fréquemment les attaques de nuisibles (rongeurs, criquets pèlerins). De plus, les agriculteurs doivent faire face aux fluctuations importantes des prix céréaliers. Les risques climatiques et idiosyncratiques exposent les ménages agricoles à d’importantes difficultés socioéconomiques.

Les solutions envisagées restent souvent des mesures d’urgence et sont mises en œuvre, en grande partie, ex post. Elles consistent pour les ménages à mobiliser l’épargne de précaution (vente d’animaux), à émigrer, à lisser la consommation ou à combiner plusieurs stratégies dites de survie (de Sardan et al., 2007 ; Dercon, 2006). Pour l’État, elles prennent la f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahamadou Maichanou, « La micro-assurance agricole indicielle au Niger », Économie rurale, 359 | 2017, 81-102.

Référence électronique

Ahamadou Maichanou, « La micro-assurance agricole indicielle au Niger », Économie rurale [En ligne], 359 | Mai-juin 2017, mis en ligne le 10 mai 2019, consulté le 25 juin 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5230 ; DOI : 10.4000/economierurale.5230

Haut de page

Auteur

Ahamadou Maichanou

LARADES, Université de Tahoua Docteur rattaché au GREThA, CNRS UMR 5113, Université de Bordeaux ; ahamadou.maichanou@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page