Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Formation et répartition des gains de productivité en élevage bovin viande. Qui sont les gagnants et les perdants entre 1980 et 2015 ?

Generation and Distribution of Productivity Gains in Beef Cattle Farming. From 1980 to 2015, Who Are the Winners and the Losers?
Patrick Veysset, Michel Lherm, Jean-Philippe Boussemart et Pierre Natier
p. 71-91

Résumés

La méthode des comptes de surplus permet d’évaluer l’évolution de la productivité de l’ensemble des facteurs d’une entreprise (consommations intermédiaires, capital, terre, travail) et la répartition des gains de productivité entre les différents agents économiques. Les auteurs ont appliqué cette méthode sur une base de données de 164 exploitations bovins allaitants du bassin Charolais de 1980 à 2015. Sur la période de 36 ans – avec des différences par sous-périodes –, le surplus de productivité globale (SPG) cumulé s’accroît faiblement à un rythme de +0,17 %/an. Ce faible accroissement du SPG est lié à la constante augmentation de la productivité du travail, alors que la productivité des autres facteurs régresse. Les auteurs observent un difficile maintien du revenu des exploitants, une très légère baisse du prix des inputs, des fermages et des frais financiers auxquels s’ajoute une très forte augmentation des soutiens publics directs. L’ensemble de surplus économique cumulé a été capté à 64 % par l’aval de la filière bovine sous forme de baisse de prix et à 22 % par l’aval des autres filières (principalement céréales). Schématiquement on retrouve bien ici le principe de la réforme de 1992 (Mac Sharry) : un transfert du contribuable par les soutiens directs vers le consommateur via la baisse des prix. La stagnation du revenu des exploitants indique clairement qu’ils sont perdants dans cette répartition des gains de productivité malgré l’amélioration de la productivité du facteur travail.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Matériel et méthodes
1. Le réseau INRA d’exploitations bovines allaitantes Charolais
2. Gains de productivité globale des facteurs et compte de surplus
Mesure des gains de productivité
Les comptes de surplus
Surplus de productivité globale et gains de productivité globale des facteurs
3. Modélisation empirique
Résultats
1. Productivité partielle et totale des facteurs, surplus de productivité globale
2. Comptes de surplus : origine et distribution du surplus économique cumulé
L’origine et la répartition de ce cumul différent selon les trois sous-périodes
Période 1980-1992 : des gains de productivité et des fortes baisses des prix des produits
Période 1993-2005 : des soutiens directs mais baisse de la productivité des facteurs.
Période 2006-2015 : hausse du prix des consommations intermédiaires, baisse des soutiens publics.
Discussion
1. Productivité globale des facteurs ou productivité du travail ?
2. L’aval de la filière viande capte le surplus économique financé par l’État
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’économie a toujours considéré la productivité des facteurs comme principale source de croissance (Kendrick et Sato, 1963) et de compétitivité (Latruffe, 2010). Les gains de productivité en agriculture, qui ont été parmi les plus rapides de tous les secteurs de l’économie française au cours des six dernières décennies, ont permis une baisse des coûts de production et des prix des produits agricoles (Butault et Cyncynatus, 1991 ; Guihard et Lesdos, 2007). Entre 1955 et 2010, la production en volume de la branche agricole a été multipliée par 2,2 grâce à la spécialisation des exploitations, à l’utilisation croissante des intrants, à la mobilisation d’un équipement toujours plus important (matériels et bâtiments) et à une forte chute de la population active agricole qui est passée de 31 % à 3,4 % de l’emploi total. Pourtant, depuis la fin des années 1990, et malgré une productivité du travail toujours en augmentation au sein des exploitations agricoles professionnelles, nous observons...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Veysset, Michel Lherm, Jean-Philippe Boussemart et Pierre Natier, « Formation et répartition des gains de productivité en élevage bovin viande. Qui sont les gagnants et les perdants entre 1980 et 2015 ? », Économie rurale, 361 | 2017, 71-91.

Référence électronique

Patrick Veysset, Michel Lherm, Jean-Philippe Boussemart et Pierre Natier, « Formation et répartition des gains de productivité en élevage bovin viande. Qui sont les gagnants et les perdants entre 1980 et 2015 ? », Économie rurale [En ligne], 361 | septembre-octobre, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://economierurale.revues.org/5294 ; DOI : 10.4000/economierurale.5294

Haut de page

Auteurs

Patrick Veysset

Université Clermont Auvergne, INRA, VetAgro Sup, UMR Herbivores, Saint-Genès-Champanelle

Articles du même auteur

Michel Lherm

Université Clermont Auvergne, INRA, VetAgro Sup, UMR Herbivores, Saint-Genès-Champanelle

Articles du même auteur

Jean-Philippe Boussemart

Université Lille, CNRS, IESEG School of Management, UMR 9221-LEM, Lille

Articles du même auteur

Pierre Natier

Université Clermont Auvergne, INRA, VetAgro Sup, UMR Herbivores, Saint-Genès-Champanelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page