Navigation – Plan du site

303-304-305 | Janvier-juin 2008
Les institutions du développement agricole durable des pays du Sud

Sous la direction de Michel Benoit-Cattin

L'économie néo-institutionnelle constitue un courant de pensée foisonnant mais difficile à définir et à délimiter. Un champ d'application lui est particulièrement favorable : celui de la mise en oeuvre du développement durable dans les pays du Sud.
En Afrique du Nord comme au Mali, le développement significatif des organisations de producteurs est certainement en phase avec un processus plus général de démocratisation.
En Thaïlande, c'est plutôt la décentralisation qui est l'ordre du jour alors qu'à Mayotte, un changement institutionnel sur le modèle français ne suffit pas à améliorer le développement agricole.
La régulation du marché du riz à Madagascar, est difficile et son histoire est inachevée, tandis qu'au Mexique la participation des petits producteurs suffit à expliquer un contexte agricole libéralisé tout en mettant en évidence des inégalités, et qu'au Sénégal, l'appel à l'Etat se justifie pour consolider les initiatives privées.
Aujourd'hui, en Côte-d'Ivoire de nouveaux arrangements intrafamiliaux ménagent la transmission du patrimoine.
Au Brésil comme au Costa Rica, pour le bois, le café bio ou l'ananas, quel est l'impact des adaptations institutionnelles générées par les normes qu'inspire la quête d'un développement durable ?