Navigation – Plan du site
Note de lecture

Déméter - Economie et stratégies agricoles

(2007), Club Déméter, 294 p, 24 €
Dominique Desbois
p. 72
Référence(s) :

Déméter - Economie et stratégies agricoles (2007), Club Déméter, 294 p, 24 €

Texte intégral

1Déméter, ouvrage publié par le club éponyme de dirigeants et de chefs d’entreprise du monde agricole, propose chaque année depuis 1993 une réflexion critique sur les politiques agricoles et agroalimentaires, adossée à des dossiers synthétiques portant sur l’actualité récente du secteur.

2La livraison 2007 s’ouvre par un article sur l’imaginaire des agriculteurs cosigné par Bertrand Hervieu – ancien président de l’INRA –, et François Purseigle, chercheur au Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes. Prenant à témoin les images du passé, cette contribution retrace en trois actes l’histoire d’une désillusion. Du « paysan » – figure républicaine d’une citoyenneté patrimoniale, à la difficile confrontation de « l’entreprise individuelle » au marché en passant par « l’agriculteur » – icône professionnalisée de l’humanisme chrétien, il ne s’est guère écoulé plus d’un siècle. Au moment de basculer dans l’hyper modernité, le trouble identitaire s’empare d’une agriculture qui se voyait nourricière, indépendante, « marchande et ménagère », voire entrepreneuriale. Supportant mal la dépendance aux mesures de soutien public, l’agriculture et le monde rural se retrouvent selon ces auteurs en panne d’un projet collectif, incapables de faire le deuil de leur unité perdue.

3La seconde contribution au Déméter 2007 est un article très documenté sur les modalités de règlement des différends à l’Organisation mondiale du Commerce, par un avocat spécialisé, maître Nicole Coutrelis. Après une introduction sur cette juridiction particulière à l’OMC qu’est l’Organe de règlement des différends, la contribution de ce juriste illustre le fonctionnement du système de règlement des différends à travers différents dossiers choisis parmi les plus significatifs. Sont ainsi passés en revue les contentieux sur le bœuf aux hormones, les sardines, le sucre, la banane, les indications géographiques protégées et celui des organismes génétiquement modifiés, qui tous permettent de mieux comprendre le caractère hybride de cette juridiction, aux frontières du juridique, du politique et du diplomatique. Un autre dossier, signé par David Holt, Taylor Reid et Lawrence Busch -chercheurs à l’Université d’État du Michigan, vient alimenter la réflexion stratégique sur l’importance des normes en agriculture soutenant la thèse d’une évolution de l’intervention de l’État dans le droit positif, passant de la régulation à un rôle d’évaluation ou d’audit. Deux exemples illustrent la production de normes agricoles et agroalimentaires par des organismes non gouvernementaux, voire privés. En agriculture biologique, l’État intervient plutôt en auditeur pour accréditer les organismes certificateurs. Tandis que pour le bien-être animal, les deux modes d’intervention coexistent avec une divergence marquée entre Europe et États-Unis, où l’Union européenne se conformera au modèle précédent, contrairement aux USA où les certificateurs continueront à être accrédités par des organismes à but non lucratif.

4L’ouvrage se clôt par un dossier copieux sur la production porcine française étudiée en comparaison avec ses concurrentes européennes et américaines par deux responsables de l’Institut du porc – Michel Rieu et Yvon Salaün, posant la question du caractère durable de son modèle productif. Après une introduction situant la production porcine française dans le contexte européen de l’OMC qui lui est spécifique, cette contribution s’attache à décrire les contraintes environnementales auxquelles sont confrontés les modèles productifs adoptés par ce secteur dans les trois principaux pays producteurs en Europe que sont le Danemark, les Pays-Bas et la France. Étudiant les stratégies et techniques de protection de l’environnement utilisées dans une synthèse à vocation prospective, les auteurs évaluent les perspectives d’une production porcine durable dans le contexte européen, compte tenu de l’impact de l’internationalisation croissante des échanges dans ce secteur.

5Comme pour les précédentes éditions, l’ouvrage est complété par une annexe de tableaux présentant de manière synthétique les chiffres de l’agriculture au plan mondial et européen, pays d’Europe centrale et orientale inclus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Desbois, « Déméter - Economie et stratégies agricoles », Économie rurale, 293 | 2006, 72.

Référence électronique

Dominique Desbois, « Déméter - Economie et stratégies agricoles », Économie rurale [En ligne], 293 | Mai-juin 2006, mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://economierurale.revues.org/803

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page