Navigation – Plan du site

Économie rurale relance la recension d’ouvrages

Bernard Roux et Thierry Pouch
p. 2-3

Texte intégral

1Les lecteurs d’Economie rurale se seront légitimement étonnés de voir notre revue si peu fournie, depuis quelque temps déjà, en « Notes de lecture » d’ouvrages scientifiques. Pourtant, ce n’est pas la matière qui manque et on ne saurait ignorer l’abondance de la production de connaissances dans le champ de l’économie et de la sociologie rurale en particulier et de l’économie et de la sociologie plus généralement. L’évolution des sociétés, des économies et des agricultures donne lieu à de très nombreuses livraisons à partir des analyses des chercheurs et des résultats auxquels ils parviennent. Dans la dernière période notamment, nous avons assisté à un foisonnement d’ouvrages, liés aux interrogations que soulève l’avenir du monde qui, la crise actuelle le rappelle, est étroitement corrélée à celui de l’agriculture et à celui des paysans – puisque ce terme resurgit aujourd’hui, utilisons-le à dessein – produisant les denrées agricoles indispensables à la satisfaction des besoins des êtres humains. Notre revue, conformément à ses engagements, se doit, dans la mesure du possible, de tenir informés ses lecteurs de cette actualité éditoriale par des recensions rendant compte du contenu des ouvrages marquants. C’est pourquoi nous entendons réactiver la rubrique « Notes de lecture ».Nous connaissons les surcharges de travail des contributeurs potentiels, faisant peser sur l’exercice de l’écriture d’un compte rendu de lecture de fortes contraintes, mais nous voulons cependant appeler les membres du Comité de rédaction et, plus généralement, les chercheurs, enseignants et autres chargés d’études d’institutions et d’organismes agricoles, à participer à cet effort. Il ne s’agit pas d’un exercice purement formel, voire académique à l’excès, animé par le seul souci de (se) faire plaisir. Il faut y voir au contraire une invitation à pratiquer une forme d’analyse critique, dont la fonction serait de susciter le débat autour d’une problématique précise.

2De même, si la rubrique doit être essentiellement consacrée aux ouvrages d’économie et de sociologie agricoles et rurales, nous ne voulons pas tomber dans le piège de la segmentation outrancière des savoirs. Des ouvrages issus de chercheurs évoluant dans des disciplines scientifiques comme l’anthropologie, l’histoire, la géographie ou la philosophie, qui se penchent sur des thèmes de recherche voisins, voire similaires, de ceux d’Économie rurale – que l’on songe par exemple aux territoires, aux pratiques alimentaires, aux rapports de l’homme avec la nature et l’environnement – doivent pouvoir trouver leur place dans la rubrique.

  • 1  Entre 10 000 et 20 000 signes maximum, espaces compris.

3On aura compris que notre propos a non seulement pour fonction d’informer de la réactivation des notes de lecture, mais constitue également, et surtout, un appel appuyé à contributions. Si, comme le disait Jean-Paul Sartre, écrire revient à « dévoiler le monde puis à le proposer comme une tâche à la générosité du lecteur », alors nous sommes convaincus que celles et ceux qui seront sollicités feront preuve de cette générosité pour se livrer à la tâche de la recension. Le degré d’exigence requis est somme toute modeste : deux et quatre pages de revue1 par ouvrage analysé. L’essentiel est que ces notes soient vivantes et incitent à la réflexion et au débat. Nous sommes persuadés que beaucoup de nos collègues seront enthousiasmés et souhaiteront participer à la réactivation de la rubrique, qui est aussi un enrichissement de la revue elle même.

4Pour dynamiser et accompagner cette initiative, Thierry Pouch s’est généreusement proposé. Dirigeant le Service des études économiques au sein du Pôle économie et politiques agricoles de l’APCA et associé aux travaux du laboratoire Organisations marchandes et Institutions de l’université de Reims Champagne-Ardenne, il était tout désigné, tant par sa connaissance du monde agricole que par ses activités académiques, pour assumer ce rôle.

5En ce qui concerne les articles de recherche contenus dans ce numéro 321, ils constituent une livraison éclectique que nous avons coutume d’appeler « varia ». Ils proviennent du colloque annuel INRA/SFER/CIRAD dont la richesse a justifié, à nos yeux, qu’Économie Rurale lui consacre un espace supplémentaire, après le numéro double 318-319.

Haut de page

Notes

1  Entre 10 000 et 20 000 signes maximum, espaces compris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Roux et Thierry Pouch, « Économie rurale relance la recension d’ouvrages », Économie rurale, 321 | 2011, 2-3.

Référence électronique

Bernard Roux et Thierry Pouch, « Économie rurale relance la recension d’ouvrages », Économie rurale [En ligne], 321 | janvier-février 2011, mis en ligne le 06 janvier 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://economierurale.revues.org/2897

Haut de page

Auteurs

Bernard Roux

Président du Comité de rédaction

Articles du même auteur

Thierry Pouch

Responsable de la rubrique "Notes de lecture"

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page