Navigation – Plan du site
Recherche

Ancrage territorial et formes de valorisation des productions localisées au Québec

Links to the land and patterns of valorisation of place-based products in Quebec
Carole Chazoule et Rémy Lambert
p. 11-23

Résumés

Depuis une dizaine d’années au Québec, le nombre des productions localisées est en constante augmentation, pour autant celles-ci font preuve de liens au lieu très hétérogènes. L’objet de cet article est d’interroger la construction et la revendication de ces liens au lieu, d’une part dans les sphères productives et d’autre part dans les sphères marchandes. Il s’agit ici d’identifier les formes de médiation entre ces deux sphères et la communication faite au consommateur autour de l’ancrage de ces produits.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie
Des liens au lieu divers
Des productions provinciales
Des spécificités agricoles historiques inscrites dans leur lieu de production
Des productions visant à construire l’identité d’un territoire
Des liens pensés et construits pour l'Agneau de Charlevoix
Les différentes formes d’ancrage territorial
Formes de valorisation de ces différents liens sur les marchés
Les circuits agritouristiques : pour des identités alimentaires et régionales
2. Les marchés publics. Une autre forme de vente directe
La marque « les marchés du terroir® »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis avril 2009, l’Agneau de Charlevoix a obtenu son Indication géographique protégée (IGP). Première IGP au Québec, elle témoigne de la volonté du Gouvernement de soutenir et de mettre en application le système de certification des produits de terroir existant dans la province depuis 2006. La loi A-20-03 aujourd’hui en application résulte du transfert en 1996 du règlement européen 2081/92 et de son adaptation à la société québécoise (Chazoule et Lambert, 2007). Ainsi, des groupements de producteurs peuvent demander et obtenir aussi bien une Appellation d’origine (AO) qu’une Indication géographique protégée (IGP). Depuis dix ans, une réelle volonté de certification s’est ainsi manifestée. Elle est allée de pair avec une volonté d’accompagner et de promouvoir l’essor des produits dits locaux, localisés ou de terroir et de leur lien à leur région d’origine, l’un et l’autre considérés comme de puissants outils de développement territorial (Jouve et al., 2008). Depuis d’ailleurs, ces ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Chazoule et Rémy Lambert, « Ancrage territorial et formes de valorisation des productions localisées au Québec », Économie rurale, 322 | 2011, 11-23.

Référence électronique

Carole Chazoule et Rémy Lambert, « Ancrage territorial et formes de valorisation des productions localisées au Québec », Économie rurale [En ligne], 322 | mars-avril, mis en ligne le 21 mars 2011, consulté le 25 avril 2014. URL : http://economierurale.revues.org/2965

Haut de page

Auteurs

Carole Chazoule

Laboratoire d’études rurales – Sociétés et espaces ruraux de l’Europe contemporaine, LER-SEREC, ISARA, Lyon, chazoule@isara.fr

Articles du même auteur

Rémy Lambert

Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Université Laval, Canada, remy.lambert@fsaa.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page