Navigation – Plan du site
Recherches

De l’élevage au commerce. Une dérive du métier d’éleveur de porcs bio ?

From breeding to market: a drift of organic pig breeding?
Christian Nicourt
p. 71-86

Résumés

L’objectif de cet article est de s’interroger sur le travail des éleveurs de porcs bio. Pourquoi ces éleveurs diversifient-ils leurs manières de travailler ? L’auteur soutient l’hypothèse que le projet d’autonomie de l’agriculture biologique suscite une normativité des agriculteurs qui contribue, sur la durée, à diversifier leurs manières de travailler, et qui, pour les éleveurs de porcs, se traduit en une recomposition du métier, orientée par sa dimension marchande. À partir de l’analyse d’entretiens auprès d’éleveurs de porcs bio, l’auteur expose d’abord comment l’absence de normes de travail validées et la vulnérabilité économique des éleveurs les conduisent à diversifier leurs manières d’exercer leur métier. Puis, il décrit comment cette diversification met en concurrence les activités des éleveurs au sein de leurs exploitations. Dès lors l’auteur montre que cette concurrence peut être reliée aux recompositions à l’œuvre dans le métier, notamment au développement des tâches de commerce au détriment de celles de culture et d’élevage.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

Autonomie, normativité et diversification des tâches des éleveurs
1. L’absence de normes techniques oblige à la normativité des éleveurs
2. Vulnérabilité économique et bifurcation vers l’aval
3. Autonomie et diversification des manières d’exercer le métier
De la diversification à la spécialisation des tâches de l’éleveur
1. La diversification au risque des conditions du travail
2. Concurrence des activités et dégradation des résultats techniques
3. De la concurrence des tâches à la réorganisation du travail
Le métier d’éleveur bio au risque du commerce
1. Emergence d’un métier de commerçant à partir de la marginalisation de celui d’éleveur
2. Le commerce : une pratique collective source de reconnaissance
3. Un redéploiement du métier d’éleveur bio ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pourquoi les éleveurs de porcs bio diversifient-ils leurs manières de travailler ? C’est d’abord dans l’histoire de l’exercice de la bio qu’il faut en rechercher les ressorts. En effet, le projet de l’agriculture biologique n’est pas initialement porté par des agriculteurs ; c’est celui d’une organisation qui émerge en France en 1959 au travers du GABO, fondé par une majorité de médecins, d’agronomes et d’enseignants, et quelques agriculteurs. Cependant, avec la société Lemaire Boucher, premier signe de référence de l’agriculture bio en France en 1963, l’idéal d’autonomie est absent. En obligeant les agriculteurs à acheter du lithothamne – une algue calcifiée considérée comme engrais naturel universel – pour que soient commercialisées sous son label les céréales produites, et en les encadrant techniquement, Lemaire Boucher fonctionne comme un intégrateur. Nature et Progrès est fondée en 1964 en réaction à cette dimension intégrative de l’agriculture, dénoncée aussi par les agriculte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Nicourt, « De l’élevage au commerce. Une dérive du métier d’éleveur de porcs bio ? », Économie rurale, 335 | 2013, 71-86.

Référence électronique

Christian Nicourt, « De l’élevage au commerce. Une dérive du métier d’éleveur de porcs bio ? », Économie rurale [En ligne], 335 | mai-juin 2013, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 22 août 2014. URL : http://economierurale.revues.org/3954

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page