Navigation – Plan du site
Recherches

Les salariés agricoles. Entre ancrage sectoriel et précarité

Agricultural employees: between sectoral attachment and precarity
Sonia Bellit et Cécile Détang-Dessendre
p. 87-106

Résumés

Les différents parcours professionnels des salariés travaillant dans les exploitations agricoles sont caractérisés et quelques clés de lectures, pour mieux les appréhender, sont proposées à partir d’une base de données originale, issue de la Mutualité sociale agricole (MSA). Une méthode d’analyse séquentielle, combinée avec une classification ascendante conduit à distinguer sept trajectoires types. Une première qualification de ces trajectoires permet de montrer comment celles-ci suivent pour partie des schémas observés dans les autres secteurs, notamment dans l’industrie, en se singularisant pour une autre partie du fait de certaines caractéristiques des emplois offerts par le secteur agricole, avec notamment des parcours de « saisonniers permanents ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements : Les auteurs remercient Virginie Piguet pour la mise à disposition de sa matrice du test de Small et Hsiao, Eric Cahuzac, Marc Parmentier ainsi que les deux relecteurs anonymes pour leurs commentaires avisés.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Comment comprendre les parcours professionnels en agriculture ?
Les données
Construction d’une typologie des trajectoires des salariés de la production agricole
Sept grands types de trajectoires
Une stabilité professionnelle dans le secteur agricole est possible, mais non majoritaire
La nature des contrats distingue les trajectoires accumulant des emplois temporaires
Des trajectoires chaotiques où le passage par l’agriculture n’est pas significatif
Éléments de qualification des trajectoires professionnelles en agriculture
Un secteur soumis aux mécanismes standards mais avec quelques spécificités
Les conditions locales d’emploi conditionnent la nature des trajectoires professionnelles
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis près de 60 ans, nous assistons à de profondes mutations structurelles dans le secteur agricole. Ces changements ont impulsé en grande partie un phénomène récent : la salarisation de la main-d’œuvre agricole. Entre 1988 et 2007, la part du travail familial, salarié ou non, sur l’ensemble des exploitations passe de 82 % à 70 %. Le travail salarié (familial ou non) quant à lui représente 32,5 % des Unités de travail annuel (UTA) en 2007 contre seulement 19 % en 1988 (Cahuzac et Détang-Dessendre, 2011). Ainsi, la diminution du nombre d’actifs (familiaux et salariés) s’est accompagnée d’une réorganisation de la main-d’œuvre agricole, le travail salarié se substituant progressivement au travail familial, même si le travail en agriculture reste pour partie une affaire de famille (Hervieu et Purseigle, 2013). En effet, cette salarisation passe aussi par l’adoption du statut de salarié d’un nombre croissant d’actifs familiaux, le nombre de salariés issus de famille agricole augmentant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Bellit et Cécile Détang-Dessendre, « Les salariés agricoles. Entre ancrage sectoriel et précarité », Économie rurale, 342 | 2014, 87-106.

Référence électronique

Sonia Bellit et Cécile Détang-Dessendre, « Les salariés agricoles. Entre ancrage sectoriel et précarité », Économie rurale [En ligne], 342 | juillet-août 2014, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4373 ; DOI : 10.4000/economierurale.4373

Haut de page

Auteurs

Sonia Bellit

UMR 1041-Unité CESAER, INRA, Dijon; CCMSA, Paris; sonia.bellit@dijon.inra.fr

Cécile Détang-Dessendre

UMR 1041-Unité CESAER, INRA, Dijon ; Cecile.Detang-Dessendre@enesad.inra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page