Navigation – Plan du site
Dossier

Expertise anthropologique et politiques foncières au Sud

Anthropological expertise and land policies in the South
Philippe Lavigne Delville et Pierre-Yves Le Meur
p. 81-94

Résumés

Les savoirs anthropologiques mobilisés dans les politiques foncières au Sud croisent des concepts devenus obsolètes et des récits de politique publique discutables. La forte incertitude épistémologique et politique qui pèse sur les politiques foncières et la multiplication de sites de production des savoirs fonciers poussent à concevoir l’expertise comme alimentation de réseaux et mise en débats des connaissances plus que comme une réponse à des commandes. Mobilisant leur expérience d’anthropologues, de chercheurs et de praticiens de l’expertise, les auteurs montrent comment l’expertise anthropologique peut à la fois éclairer les conceptions et les effets des politiques foncières tout en s’engageant dans des formes d’accompagnement de ces politiques assumant la structurelle incomplétude de l’action publique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’expert : une figure en mutation
Recherche et expertise sur/dans les politiques foncières : enjeux cognitifs et politiques
1. Le problème des rapports connaissance/action dans les politiques publiques
2. Le foncier, un objet complexe aux forts enjeux cognitifs et politiques
Cadres cognitifs et savoirs anthropologiques dans les débats de politiques foncières
1. Catégories scientifiques, catégories politiques
2. Référentiels, cadrages et récits de politiques
Intervenir comme expert : entre dévoilement et accompagnement
1. La pratique de l’expertise : des configurations variées
2. Entre dévoilement et accompagnement
Sur le seuil de la caverne, parfois dedans

Aperçu du début du texte

La relation entre connaissance et action ne va pas de soi. Toute politique publique repose sur des opérations de « réduction de la complexité du réel » (Muller, 1990), en fonction de référentiels cognitifs, d’intérêts, de logiques institutionnelles. Les argumentaires sur lesquels reposent les politiques ou les propositions visant à les réformer prennent la forme de récits causaux (Roe, 1994), dans une logique de dramatisation des problèmes et de légitimation des solutions, et ont donc une forte dimension rhétorique et argumentative (Apthorpe, 1997). Définir une politique suppose des arbitrages, des choix, selon des modalités qui ne relèvent pas de l’analyse scientifique mais bien plus de rapports de force autour de la relation complexe entre définition des problèmes, identification des solutions et mise en action des choix effectués (Zittoun, 2013).

Le foncier est un objet complexe, partie intégrante des relations de production et d’échanges, de la construction des appartenances et d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lavigne Delville et Pierre-Yves Le Meur, « Expertise anthropologique et politiques foncières au Sud », Économie rurale, 353-354 | 2016, 81-94.

Référence électronique

Philippe Lavigne Delville et Pierre-Yves Le Meur, « Expertise anthropologique et politiques foncières au Sud », Économie rurale [En ligne], 353-354 | mai-juillet 2016, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://economierurale.revues.org/4932 ; DOI : 10.4000/economierurale.4932

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page