Navigation – Plan du site
Note de lecture

Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable

Repères, La Découverte - 2005
Martino Nieddu
p. 79-80
Référence(s) :

Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable, Repères, La Découverte - 2005

Texte intégral

1L’ouvrage « Le développement soutenable » arrive à point nommé pour les économistes et sociologues ruraux qui, notamment à travers leurs travaux sur la multifonctionnalité agricole sont amenés à mobiliser tel ou tel aspect de cette notion. Ils ont, de ce fait, besoin de posséder un tableau raisonné de la variété des approches. Encore fallait-il oser s’attaquer au foisonnement et à la diversité des travaux récents ; ce petit livre de la collection « Repères » publié à « La Découverte » atteint l’objectif de l’éditeur en réussissant une vaste fresque, accompagnée de nombreux encarts constituant en eux-mêmes une petite encyclopédie portative autour de notions-clés (par ex. la différence entre conservation et préservation, l’écoénergétique, l’empreinte écologique de l’activité humaine ou le rappel de la nature normative de la notion de développement, ainsi que ses caractéristiques de directionnalité, de cumulativité et d’irréversibilité). L’ouvrage se divise en quatre chapitres. Le premier est destiné à camper la trame historique de l’émergence pour le moins hésitante de la notion. Les trois suivants permettent de ramener le foisonnement de la littérature à trois types d’approches. Celles du premier type, pensent pouvoir organiser la discussion sur le développement soutenable à l’intérieur des outils de la théorie économique dominante (théorie de la croissance endogène durable, théorie des externalités et régulation par le marché). Celles du second type, considèrent nécessaire de reconnaître la spécificité des soubassements biophysiques des systèmes socio-économiques et de les intégrer réellement dans une gestion normative de ces systèmes (l’économie écologique, l’écoénergétique, les conventionnalistes de l’environnement et l’écologie industrielle) ; Enfin celles du troisième type, mettent au cœur de la problématique du développement durable les inégalités et la transformation des rapports sociaux (l’éco-développement de Sachs, le courant de la répartition environnementale, les partisans de la décroissance).

2La robustesse de ce premier classement va au-delà de l’opposition entre deux courants fondamentaux : d’une part, celui des tenants d’une substituabilité parfaite entre différents types de capitaux (soutenabilité forte) et d’autre part, celui qui à la suite de l’école de Cambridge, prend en compte des fonctions de production à facteurs complémentaires, où le capital naturel et le capital social seraient irréductibles à du capital technique (soutenabilité faible). Une lecture attentive de la diversité interne à chaque chapitre laisse penser qu’il existe deux façons d’appréhender cette diversité à l’intérieur des trois types d’approches selon qu’on considère qu’il existe ou non une seule voie au développement soutenable.

3Les tenants de la courbe de Kuznets environnementale en U inversé estiment que tous les pays doivent passer par la phase « industrielle polluante » pour atteindre le stade post-industriel moins consommateur en matière et énergie ; les tenants de l’écologie industrielle retiennent un principe unique d’action économe en énergie et matière, tandis qu’est implicitement contenue dans la variété des contraintes biophysiques de l’économie écologique la reconnaissance de la nécessité de protéger des voies différenciées. Ensuite, les diverses approches se distribuent selon la place qu’elles attribuent aux rôles respectifs des dispositifs à visée individuelle ou collective ; au sein même de l’approche néoclassique, on trouvera des auteurs pour considérer que les comportements individuels suffisent à produire du développement durable dès lors que le système d’incitations est bien posé, à travers l’évolution des prix relatifs ou l’internalisation des externalités ; alors que pour d’autres, c’est la règle d’Hartwick qui doit être appliquée, à savoir : un réinvestissement de la rente liée à l’exploitation des ressources épuisables dans le capital technique qui doit les substituer, via un système de taxation ou un fonds d’investissement spécifique. Mais l’on retrouve la même tension au sein des autres approches ; l’économie écologique peut être opposée à l’écologie industrielle en ce que cette dernière ne compte pas sur des normes socio-économiques et environnementales, mais voit, dans les libres réactions individuelles des entreprises au sein de « l’écosystème industriel » la clé pour donner un caractère opérationnel au développement soutenable ; la place des individus est également centrale dans la théorie de la décroissance pour qui l’adoption de comportements individuels « d’austérité joyeuse » sera plus efficace que la mobilisation de forces sociales au service d’une meilleure « répartition environnementale ».

4Cette sollicitation de l’ouvrage de F.-D. Vivien invite à lire attentivement son premier chapitre, où est retracé le difficile accouchement de la notion, depuis de rapport Meadows au club de Rome en 1972, mais aussi, la même année, l’émergence de l’idée d’une « seule terre » à Stockholm ainsi que de la notion d’éco-développement (axe privilégié du Programme des Nations Unies pour l’environnement). Cette dernière conduira à la reconnaissance de patrimoines communs qui pourraient être gérés directement au niveau mondial, dès le rapport dirigé par Tinbergen en 1976. Or, la succession, durant les années 1990 et 2000, de « sommets » aux avancées limitées et souvent décevantes, contraste avec ce foisonnement de la décennie 1970. Au-delà des déclarations d’objectifs, les experts sont manifestement à la recherche d’acteurs plus à même de spécifier les formes concrètes de soutenabilité, et donc de définir le dosage réel entre les trois dimensions du développement soutenable : (économique, sociale et environnementale) pour le traduire dans de nouvelles formes institutionnelles.

5On comprend mieux ainsi le choix du titre : « Le développement soutenable », reprenant au plus près le terme anglais « sustainable » – issu d’ailleurs du vieux français, comme en témoigne le plus ancien débat conscient sur la soutenabilité, celui de la gestion bioéconomique de la forêt. Car il ne s’agit pas pour l’essentiel, de « faire durer le développement », il s’agit surtout de savoir si des acteurs vont se décider à le « soutenir », sous quelles formes et avec quels moyens (y compris théoriques) pour guider leur action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martino Nieddu, « Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable », Économie rurale, 291 | 2006, 79-80.

Référence électronique

Martino Nieddu, « Franck-Dominique Vivien, Le développement soutenable », Économie rurale [En ligne], 291 | Janvier-février 2006, mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://economierurale.revues.org/613

Haut de page

Auteur

Martino Nieddu

Université de Reims

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page