Navigation – Plan du site
Recherches

Les producteurs en ornement sont-ils individualistes ? Une étude expérimentale

Are ornamental producers more individualist? An experimental study
Serge Blondel et Caroline Widehem
p. 107-116

Résumés

En horticulture, la filière ornementale est souvent considérée comme moins organisée que celle des fruits et légumes. Ce constat est-il dû au comportement individualiste des professionnels ou au contexte économique ? Nous comparons, à l’aide d’un protocole expérimental mené lors de salons professionnels, les décisions des horticulteurs des deux filières pour apporter de premières conclusions. Le niveau de contribution à une action collective est renforcé par le niveau d’éducation et une taille réduite de l’entreprise, mais pas par l’appartenance à la filière fruits et légumes.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 06 novembre 2008.

Les auteurs remercient les deux referees pour leurs remarques et suggestions sur une première version de ce texte, ainsi que Claudia Keser, Agnès Grapin, Emmanuel Geoffriau, Louis Levy-Garboua, Claude Meidinger, Stéphane Robin, Jean-Louis Rullière et Jean-Pascal Simonin. La recherche a été financée par le ministère de l’Agriculture au titre de la « Jeune équipe » en économie de l’Institut national d’Horticulture (2000-2003).

Introduction

1Dans le langage courant, l’horticulture est assimilée aux petites cultures destinées à l’ornement, et essentiellement les fleurs. En réalité, ce secteur englobe l’ensemble des plantes d’ornement et le secteur vivrier des fruits et légumes. Le terme latin hortus désignant le jardin, l’horticulture comprend l’ensemble des cultures qui peuvent être réalisées dans un jardin pouvant inclure un potager. Le corollaire est que les grandes cultures (dont les cultures légumières destinées à l’industrie) en sont exclues, à l’image des pommes de terre. Dans ce qui suit, l’horticulture correspond à la somme des filières ornementale (fleurs et plantes d’ornement) et vivrière (fruits et légumes frais).

  • 1 Voir en particulier la page 25.
  • 2 Oniflhor (2005b), Chiffres-clés 2004, L’horticulture ornementale. Disponibles en ligne http://www.o (...)
  • 3 Oniflhor (2005a), Chiffres-clés 2004, Fruits et légumes frais et transformés. Disponibles en ligne (...)

2Dans le secteur horticole, les producteurs en ornement semblent incapables de se coordonner, rechignant par exemple à financer des organismes défendant leurs intérêts. Ils ont notamment cessé de financer leur interprofession à la fin des années 1990 (notons cependant qu’une interprofession a été relancée en 2005) et ils sont nettement moins organisés en coopératives. Les chiffres disponibles sur l’organisation de l’offre confirment cette différence : 62 % des fruits et 40 % des légumes frais passent par des structures de regroupement de l’offre (Jeannequin et al, 2005)1 contre seulement 10 % en horticulture ornementale (Oniflhor, 2005b)2. Dans le même sens, le nombre d’organisations de producteurs (OP), une vingtaine (Oniflhor, op. cit.) est très faible en horticulture ornementale comparé aux 264 (plus 4 groupements d’OP) en fruits et légumes (Oniflhor, 2005a)3.

3Dans ces conditions, nous sommes amenés à nous interroger sur la volonté des professionnels de cette filière à participer à des actions collectives. Une action collective n’est efficace que si la plupart des acteurs y participe, le corollaire étant qu’elle est vouée à l’échec si trop de participants ne s’impliquent pas. Le problème est, en réalité, de savoir si leur individualisme apparent tient à leurs comportements propres ou au contexte auquel ils sont confrontés.

  • 4 Voir en particulier les pages 40-43.

4Il y a dans la littérature très peu d’expériences menées auprès des professionnels, la quasi-totalité des sujets étant des étudiants. Quand elles existent, elles cherchent le plus souvent à comparer les réponses des étudiants et des professionnels (Friedman et Sunder, 1994)4. Les professionnels ont des coûts d’opportunité supérieurs à ceux des étudiants : le coût en temps dépasse nettement le bénéfice de venir participer. Il est donc difficile d’envisager de les interroger dans un laboratoire car le seul temps pour s’y rendre est dissuasif. Les expériences auprès des professionnels sont donc menées en dehors d’un laboratoire, souvent sur leur lieu de travail : ce sont des expériences de terrain. Deux salons annuels à Angers présentent donc de réelles opportunités car les professionnels sont sur place pendant plusieurs jours et en dehors du contexte professionnel, ils ont plus de temps pour répondre.

5Les conditions expérimentales permettant de contrôler le contexte des décisions, et en comparant les comportements des deux filières de l’horticulture, nous testons l’hypothèse d’un comportement plus individualiste dans la filière ornement. Si nous observons une différence significative pour le financement du bien collectif, nous aurons un premier élément pour conclure que cette situation est réellement de leur fait ; sinon, l’explication sera à rechercher dans leur environnement économique. Nous obtenons alors une analyse plus fine du degré d’individualisme en fonction de la filière. Les professionnels de l’ornement sont-ils plus individualistes que leurs collègues des fruits et légumes ?

6Cet article s’articule selon cinq sections. Après une analyse descriptive des deux marchés (section 1), le fait stylisé, une coordination insuffisante de la filière ornementale, est exposé (section 2). La méthode utilisée, un protocole expérimental, est décrite (section 3). Enfin, l’analyse du jeu en lui-même est donnée (section 4) puis les résultats sont exposés (section 5). La conclusion offre quelques pistes de réflexion à la question posée concernant l’individualisme ou non des professionnels de l’ornement.

Comparaison des deux marchés

7Les deux branches de l’horticulture seront mises en regard selon trois niveaux différents :

  • l’offre ;

  • la demande ;

  • la régulation des marchés.

1. L’offre en horticulture

8Le tableau 1 montre que les deux filières ont plusieurs points en commun avec des productions atomisées, dispersées, très dépendantes du climat et périssables. Néanmoins, ce tableau est moins sombre en horticulture vivrière où les producteurs apparaissent significativement plus organisés.

Tableau 1. Caractérisation de l’offre dans les deux filières

Tableau 1. Caractérisation de l’offre dans les deux filières

Source : enquêtes des auteurs

2. La demande pour les produits horticoles

9Du côté de la demande (tableau 2), les produits sont très différents, surtout du point de vue de l’élasticité-prix. Cependant, les produits horticoles ont comme point commun de pouvoir être transformés. C’est particulièrement vrai, et de plus en plus, pour les fruits et légumes, mais également pour l’ornement où la plante devient l’une des composantes d’un produit plus général, typiquement un espace vert. Enfin, notons que l’ornement partage avec le vivrier (surtout pour les légumes) la spécificité de produits qui ont un coût non seulement financier, mais également en temps (Becker, 1965) : le jardinage ou la cuisine aboutissent à la consommation d’un bien souvent très différent du produit horticole acheté. Pour réellement évaluer la demande de tels biens achetés, il faudrait estimer le coût complet du bien consommé.

Tableau 2. Caractérisation de la demande dans les deux filières

Tableau 2. Caractérisation de la demande dans les deux filières

Source : enquêtes des auteurs

3. La régulation des marchés

10L’offre française en ornement est de plus en plus concurrencée car le marché est internationalisé et les produits venant du monde entier sont de plus en plus nombreux et d’une qualité croissante. Dans ce contexte, les Pays-Bas jouent le rôle de plaque tournante du commerce mondial. En revanche, les échanges de fruits et légumes sont régulés par l’Organisation mondiale du commerce (OCM) : le marché est donc moins concurrentiel. Il reste que les balances commerciales des deux secteurs sont largement déficitaires, ce qui tranche avec l’excédent global de l’agriculture.

11Nous voyons qu’il y a des similitudes, mais également des différences, entre les deux branches de l’horticulture, ce qui nous amène à nous intéresser plus précisément au comportement des producteurs.

4. Une coordination insuffisante en ornement ?

12Pourquoi s’intéresser au degré d’individualisme en horticulture ? Parce que la plupart des produits, s’ils présentent une très grande diversité, sont insuffisamment différenciés et toute action de valorisation bénéficiera également aux acteurs de la filière ayant le même type de produit. Par exemple, un maraîcher qui voudrait faire la promotion de sa laitue ferait bénéficier à l’ensemble des producteurs de laitue, de son action : il serait donc perdant puisqu’il assumerait seul le coût d’une promotion bénéficiant également à ses concurrents. La valorisation des productions nécessite donc, la plupart du temps, une action collective.

  • 5 Voir en particulier la page 7.
  • 6 Cf. pages 149-150.

13L’hypothèse d’un individualisme renforcé en ornement est un sentiment souvent partagé par les acteurs eux-mêmes de la filière. En discutant avec eux, nous avons observé qu’ils pensaient effectivement que leur filière est moins bien organisée que celle en fruits et légumes du fait de l’individualisme de ses acteurs. L’Oniflhor (2005b)5 décrit également des producteurs « faiblement regroupés ». Plusieurs échecs d’actions collectives ont été mis sur le compte de cet individualisme, un des épisodes les plus marquants ayant été la dissolution en 1997 de leur interprofession, le CNIH (Centre national interprofessionnel de l’horticulture), situé à Angers (Widehem, 1998)6.

14Une étude plus systématique menée avec Kane (2004) a confirmé le nombre nettement inférieur d’actions collectives en ornement. Pour comparer les deux filières, encore faut-il délimiter ce que sont ces actions collectives. Nous en avons retenu sept différentes, les trois premières visant à se positionner sur le marché, alors que les quatre autres ont des objectifs plus généraux de valorisation du produit :

  • La segmentation des produits.

  • La création de marques commerciales : en première approche, cela peut ne pas paraître collectif, mais cela l’est souvent quand il s’agit de valoriser les produits d’un bassin de production (par exemple, les pommes des Cévennes).

  • La publicité : la plupart des produits de l’horticulture n’ayant pas de marques commerciales, un financement collectif est nécessaire pour en faire la publicité.

  • Les contacts directs avec les consommateurs : fêtes à thème, les opérations portes ouvertes pour faire découvrir l’outil de production...

  • La mise en avant des signes officiels de qualité.

  • Le partage d’informations stratégiques : il s’agit le plus souvent, au niveau d’un bassin de production, d’avoir une base commune indiquant l’évolution des prix et des volumes sur le marché.

  • Les sites Internet valorisant les produits de la filière.

  • 7 FLD Magazine, Fruits, légumes, distribution.

15Pour comparer le nombre d’actions collectives, il fallait autant que possible utiliser des sources d’information comparables pour chacune des deux filières. Nous avons choisi de nous limiter à la dernière année écoulée lors de l’étude, c’est-à-dire 2003, et aux deux revues spécialisées les plus représentatives de chacune des filières, FLD Magazine7 et le Lien horticole pour l’ornement, car toutes les deux s’intéressent à l’ensemble de la filière, de l’aval à l’amont.

16La lecture exhaustive de ces deux revues permet de dresser la comptabilité des actions collectives (tableau 3). Quels que soient les types d’actions collectives, leur nombre en ornement apparaît très faible, comparé à celui observé en fruits et légumes.

Tableau 3. Nombre d’actions collectives dans les deux filières

Vivrier (1)

Ornement (2)

Segmentation des produits

5

0

Création de marques

6

1

Publicité

5

2

Contacts avec les consommateurs

3

1

Signes officiels de qualité

24

3

Partage d’informations

3

1

Sites Internet

6

2

Sources : (1) FLD Magazine, 2003. (2) Lien horticole, 2003.

17L’hypothèse d’une coordination insuffisante en ornement paraît corroborée par différentes observations montrant que cette filière se montre peu disposée à mener des actions collectives. Ce dernier état de fait est une évidence, mais l’expliquer par l’individualisme des acteurs de l’ornement l’est moins, car cela peut résulter d’autres facteurs : la différence des produits, les marchés et le contexte international...

18La différence « intrinsèque » des produits peut difficilement être un argument : même si la filière ornementale peut se définir par au moins quatre grandes familles de produits aux caractéristiques structurelles très différentes (fleurs coupées, plantes en pot, pépinière ornementale et bulbes) et par une richesse variétale très forte, il en va de même (dans une moindre mesure) pour les fruits et légumes.

19En revanche, la différence de structure et de nature des marchés potentiels est très forte :

  • en ornement, nous sommes sur un marché à caractère « hédoniste » où l’acte d’achat est mû par le plaisir, le désir ou par le respect des usages. En vivrier, le marché essentiel est celui de l’alimentation qui répond à des ressorts de consommation très différents,

  • en ornement, le marché est libre et concurrentiel. En vivrier, le marché est régulé par l’OCM fruits et légumes,

  • en ornement, quatre types de marché coexistent : celui du paysage public, celui de la décoration intérieure, celui de la décoration extérieure, celui du cadeau, celui du cimetière. Chacun de ces marchés obéit à des logiques, des règles, des usages très différents et concerne des producteurs souvent différents dans leurs choix de gammes de produits, de modes de fonctionnement et de mise en marché. Ceci suppose de séduire sa clientèle par une offre différenciée de celle de ses concurrents sur chacun des segments de marché. En vivrier, un seul marché domine très largement les autres : celui de l’alimentation,

  • enfin, les produits issus de l’horticulture ornementale sont achetés dans des points de vente très variés selon la nature du produit. Ainsi, 60 % des fleurs coupées sont-elles achetées chez le fleuriste, alors que 30 % des plantes à massifs et vivaces sont achetées chez le producteur et 30 autres pour cent sont achetés en jardineries. En ornement, les producteurs se « spécialisent » plus ou moins selon leur gamme de production et selon l’un des cinq ou six modes de mises en marché possibles de leur production (Oniflhor, 2005b). En vivrier, plus de 70 % de la production sont pris en charge par les centrales d’achat de Grandes et moyennes surfaces (GMS) ou Grandes surfaces d’achat (GSA) (Oniflhor, 2005a). Il semble que dans ces conditions, l’incitation à se regrouper soit forte : il est nécessaire d’acquérir un pouvoir de négociation face aux centrales d’achat des « grands distributeurs ».

20Finalement, il pourrait même y avoir un biais de sélection dans le sens où la filière la mieux organisée pourrait attirer les individus les plus coopératifs, mais cela est peu plausible car les professionnels choisissent de travailler dans une filière souvent par intérêt pour le produit lui-même. Le protocole expérimental donnera des éléments de réponse sur le comportement des acteurs eux-mêmes.

Le protocole expérimental

21Les expériences ont été menées en 2002 au cours des deux salons professionnels nationaux qui se tiennent chaque année à Angers : le premier spécialisé en fruits et légumes (en janvier, le SIVAL) et le second en horticulture ornementale (en février, le Salon du Végétal). Lors de chaque salon, 24 professionnels de l’horticulture ont été interrogés, au cours de la même journée. Les personnes interrogées devaient nécessairement travailler en production horticole, ce qui excluait les autres acteurs de la filière présents sur le salon.

22Les professionnels ont été contactés directement sur les stands. Nous leur avons expliqué notre attente : qu’ils répondent à un court questionnaire, le temps à y consacrer étant de l’ordre de 15 minutes, à l’issue duquel ils pouvaient gagner jusqu’à 100 €. Nous leur avons précisé qu’il s’agissait d’un travail de recherche effectué par l’Institut national d’horticulture (INH) sur la décision des professionnels du secteur et que ce questionnaire ne sera utilisé qu’à cette fin. Ainsi leurs réponses resteraient confidentielles et anonymes. S’ils acceptaient de répondre, ils seraient indemnisés le jour même selon deux formules au choix : soit en passant au stand INH (selon une tranche horaire fixée), soit en arrêtant un horaire pour notre passage à leur stand propre dans le cas où ils y seraient retenus.

23Le questionnaire comprenait vingt questions : cinq portaient sur l’entreprise du professionnel, cinq sur ce dernier et dix étaient des décisions mettant en jeu de l’argent. Ces dix dernières décisions reprenaient les jeux standards utilisés en économie expérimentale : deux sur le jeu de l’ultimatum (voir encadré 1), une sur le dilemme du prisonnier (voir encadré 2), une sur la contribution volontaire à un bien collectif, six sur des choix entre loteries.

Encadré 1. Le jeu de l’ultimatum

Dans ce jeu, un premier joueur partage une somme avec un second. Si ce dernier accepte, le partage est effectif ; sinon, les deux joueurs ne gagnent rien. Selon la théorie des jeux standards, le second joueur devrait accepter toute somme supérieure à zéro et, sachant cela, le premier devrait proposer un partage nettement en sa faveur. En réalité, les expériences menées ont montré que le premier joueur conserve de l’ordre de 60 % de la somme et le second refuse les partages lui donnant moins d’un tiers (Eber et Willinger, 2005).


  

Encadré 2. Le dilemme du prisonnier

Dans ce jeu, chacun des deux joueurs peut coopérer (C) ou non (N), avec les gains respectifs des deux joueurs (gain du joueur 1, gain du joueur 2) dans le tableau suivant où 1 > c > n > 0 :

Chaque joueur est individuellement incité à ne pas coopérer : par exemple, le joueur 1 a intérêt à choisir N, que le joueur 2 choisisse C (l > c) ou N (n > 0). Le joueur 2 fera de même. Ceci amène certes les deux joueurs à un équilibre de Nash (aucun des deux n’a intérêt à changer de stratégie) mais leur apporte chacun moins que s’ils avaient coopéré, puisque c > n.

24Ces jeux monétaires étaient effectivement rémunérés en utilisant l’effet d’isolation (Kahneman et Tversky, 1979) : quand, parmi plusieurs jeux, un seul est effectivement joué, le sujet raisonne indépendamment pour chacun des jeux en l’isolant des autres, comme s’il jouait uniquement le jeu en question. Cela évite également la formation d’un effet revenu, le sujet ayant toujours la même richesse initiale. À la fin de l’expérience, le professionnel tirait lui-même l’un des dix jeux et était payé en fonction de sa décision et, si les règles du jeu le nécessitaient, d’un tirage au sort qu’il effectuait (les 6 choix entre loteries) ou des décisions des autres joueurs (4 autres jeux). Les professionnels ont gagné en moyenne autour de 20 €.

25Notons des points particuliers au contexte d’un protocole expérimental passé sur un salon professionnel, et non dans un laboratoire. Dans chacun des salons, 22 professionnels et non 24 ont répondu à l’ensemble du questionnaire car 2 d’entre eux n’ont pas été au bout du questionnaire. Sur les 44, ne sont pas venus empocher leurs gains 5 professionnels, car ils devaient être occupés avec des clients ou des fournisseurs, plusieurs d’entre eux nous ayant avertis de ce risque d’impossibilité.

26Notre expérimentation est une expérience de terrain ce qui, par rapport à une expérience de laboratoire, a l’avantage de pouvoir plus facilement faire participer des professionnels, mais en retour a l’inconvénient d’une perte de contrôle sur le protocole. Dans le même sens, les professionnels avaient peu de temps, et le questionnaire ne pouvait être trop long : ils y ont consacré en moyenne 15 minutes. Cependant, ce défaut propre à une expérience de terrain a été exactement le même dans les deux salons, donc la comparaison des deux filières reste pertinente.

Tableau 4. Renseignements sur les professionnels et leur entreprise

Vivrier

Ornement

Nombre de professionnels

22

22

Entreprise adhérente

  à une coopérative*

45,5 %

9,1 %

Entreprise ayant

  une démarche qualité*

65 %

20 %

Nombre moyen de salariés

20

34

Gérants d’entreprise

50 %

45,5 %

Formation supérieure

40,9 %

63,6 %

Ancienneté

  dans le secteur (années)

9,7

13,4

* Différence significative à 5 %

27Ces éléments chiffrés (tableau 4) représentent bien les différences entre les deux filières de l’horticulture : la filière vivrière est plus engagée dans les démarches qualité, son taux d’adhésion à des coopératives est supérieur et la taille des entreprises y est inférieure (mesurée en nombre de salariés).

28Dans un premier temps, nous n’exploiterons dans cet article que la question sur la contribution volontaire, car c’est la plus pertinente pour tester l’hypothèse d’un individualisme renforcé en ornement. Les neuf autres questions permettent, d’une part de masquer le principal enjeu du questionnaire et, d’autre part, de collecter des informations supplémentaires sur leur rationalité, leur comportement stratégique et leur attitude vis-à-vis du risque. Les questions sur le jeu de l’ultimatum ou le dilemme du prisonnier révèlent également des décisions plus ou moins individualistes : par exemple, dans le dilemme du prisonnier, la solution coopérative de la part des deux joueurs mène à un optimum social mais chacun des deux joueurs a intérêt à choisir l’option individualiste.

29Cependant, ces questions relevaient moins de notre problématique car il s’agit de jeux à deux joueurs alors que le fait de coopérer ou non au sein d’une filière est un jeu impliquant de nombreux acteurs, donc proche de jeu à 24 joueurs. Sachant cela, nous les avons incités à passer plus de temps sur ce jeu en leur donnant des exemples de choix par les joueurs et les conséquences : ils ont ainsi passé autant de temps sur cette question (environ 5 minutes) que sur les trois jeux à 2 joueurs, tandis qu’ils ont répondu rapidement aux choix entre des loteries.

Le jeu

30Chaque professionnel i (i =1,2,...,24), doté de 10 €, devait répartir cette somme entre le financement privé, xi, qui lui revenait directement et un financement collectif, yi . Pour chaque professionnel i, nous avions ainsi la contrainte xi + yi = 10. L’investissement privé était multiplié par 2, l’investissement collectif par 10. Chaque professionnel i recevait ainsi en retour de ces investissements une somme, Si, définie par :

31La somme collective redistribuée aux 24 professionnels valait alors Sc :

32Chaque professionnel était donc face au dilemme suivant : yi était collectivement plus rentable puisque chaque euro investi en rapportait collectivement 10 en retour, alors qu’il n’en rapportait que 2 pour xi. Inversement, un investissement privé était individuellement plus rentable puisque chaque euro investi en rapportait 2 en retour alors que l’investissement collectif ne rapportait individuellement que 41,67 cents (un euro multiplié par 10, puis divisé par 24). Dans cette situation, d’un point de vue stratégique, un agent a toujours intérêt à faire cavalier seul et laisser les autres financer le bien collectif. Ce résultat, classique dans la littérature (Samuelson, 1954), souligne le fait que l’incitation individuelle à financer un bien collectif est nulle.

  • 8 Chacune des stratégies des professionnels sont optimales, étant donné les stratégies choisies par l (...)
  • 9 À l’optimum de Pareto, il est impossible d’améliorer la situation d’un des professionnels, sans dét (...)
  • 10 Plus précisément, toutes les situations où au moins 20 joueurs placent 10 € en investissement colle (...)

33L’équilibre de Nash8 unique est atteint lorsque chaque professionnel investit tout en privé (ils gagnent alors chacun 20 €) alors que l’optimum de Pareto9 est atteint dans la situation opposée, à savoir lorsque chacun investit tout en collectif (ils gagnent alors chacun 100 €)10. Observons que ces deux solutions remarquables se trouvent aux deux extrêmes du segment des stratégies possibles. Un financement intégralement privé (y=0)indique un individualisme qui ne peut être plus important, alors qu’à l’autre extrême, le professionnel peut se révéler le plus coopératif possible (y=10). Le « degré de coopération » est donc mesuré par la somme yi choisie sur le segment [0 ;10].

34Les joueurs sont ainsi placés face à un dilemme social où les arguments en faveur d’un investissement dans le bien collectif sont contrebalancés par l’absence d’incitation, au niveau individuel, à être coopératif. Ces situations sont nombreuses en économie, la plus connue étant celle de la concurrence par les prix en situation oligopolistique, où les entreprises auraient collectivement intérêt à pratiquer le prix d’un monopole mais cette situation n’est pas un équilibre car, dans ce cas, chaque entreprise va baisser légèrement son prix de vente pour gagner des parts de marché.

35Notons également que ce jeu du bien collectif peut être vu comme une généralisation du dilemme du prisonnier, à un grand nombre de joueurs (Leylard, 1995). Nous comparerons donc le financement du bien collectif dans les filières ornementale et vivrière. Le premier est-il significativement inférieur au second ?

Résultats

  • 11 Pour des revues de littérature, voir Davis et Holt (1993), Keser (2000) ou Leylard (1995).

36Les résultats expérimentaux observés dans de précédentes expériences indiquent une contribution individuelle de l’ordre de la moitié de la somme totale affectée à chaque individu lors de la première étape du jeu11. Nous nous attendons à retrouver ces tendances mais surtout nous envisageons que la contribution dans la filière ornementale puisse être significativement plus faible que dans le reste du secteur.

  • 12 Voir en particulier le chapitre 5.

37Comme Kreps (1990)12 l’a souligné, la solution d’un jeu dépend fortement des règles initiales de ce jeu. Dans ce cas, cela impliquerait qu’une meilleure coordination des acteurs de la filière pourrait être atteinte en modifiant les règles de coordination et ou de concurrence en vigueur entre les différents acteurs du secteur. Sinon, cela confirmerait les apparences et signifierait que c’est le comportement des professionnels eux-mêmes qui pénalise cette filière.

38La filière ornementale a effectivement contribué un peu moins que la filière vivrière (4,04 € contre 4,59 €) mais cette différence n’est pas significative. Par ailleurs, nous étudions dans le tableau 5 les liens entre ces contributions et les caractéristiques des individus décrites dans le tableau 4.

Tableau 5. Contributions moyennes et caractéristiques des sujets (nombre de personnes entre parenthèses)

Oui

Non

Secteur vivrier ?

4,59 (22)

4,05 (22)

Entreprise adhérente

 à une coopérative ?

4,42 (12)

4,28 (32)

Entreprise ayant

 une démarche qualité ?

4,24 (17)

4,86 (21)

Entreprise d’au moins

 10 salariés ?

3,52 (25)

5,37 (19)

Gérant d’entreprise ?

3,71 (21)

4,87 (23)

Formation supérieure ?

5,04 (23)

3,52 (21)

Au moins 5 ans d’ancienneté

 dans le secteur ?

4,19 (27)

4,53 (17)

Source : enquêtes des auteurs

39Aucune des différences observées dans le tableau 5 n’est significative. Seule celle portant sur le nombre de salariés de l’entreprise est proche d’être significative à 10 %.

40Nous observons que les contributions sont nettement inférieures de la part des sujets :

  • ayant le niveau de formation le plus bas ;

  • appartenant aux grandes exploitations ;

  • étant gérants d’entreprise.

41Cependant, la réponse à notre question, à savoir la différence entre les deux filières, n’est pas éludée car l’absence de différence peut être due à un effet de structure : nous observons notamment une taille des entreprises et un niveau de formation supérieur dans la filière ornement. Ces deux effets pourraient se compenser mais une régression multi-variée nous permettra d’isoler l’effet propre à la nature de la filière.

42La régression de la contribution par rapport à cinq variables vérifiées ou non (plus de 10 salariés, secteur vivrier, chef d’entreprise, au moins 5 ans d’ancienneté dans le secteur, formation supérieure) indique que deux variables se détachent nettement puisque la contribution :

  • décroît avec le nombre de salariés (avec 1,6 % d’erreur) ;

  • augmente avec le niveau de formation (avec 5, 6 % d’erreur) ;

  • n’est pas significativement influencée par les autres variables (au moins 30 % d’erreur).

43En retenant les deux variables significatives, la régression qui en résulte est facile à interpréter. Un horticulteur dans une entreprise de moins de 10 salariés et non diplômé de l’enseignement supérieur sera la référence : il verse en moyenne 4,57 € dans l’investissement collectif. Toute chose égale par ailleurs, nous aurons des versements :

  • inférieurs de 2,44 € de la part des personnes travaillant dans les grandes entreprises ;

  • supérieurs de 2,17 € de la part des diplômés de l’enseignement supérieur.

44La taille de l’entreprise est un facteur s’expliquant aisément. Les exploitations en fruits et légumes sont nettement plus petites qu’en ornement et sont donc incitées à coopérer, notamment à travers des organisations de producteurs qui leur permettront de vendre leurs produits plus facilement. Le comportement plus coopératif des personnes ayant suivi des études supérieures paraît logique également puisque les enseignements suivis préconisent des solutions coopératives plutôt qu’individualistes.

45Notons également que les choix entre loteries montrent que les 21 chefs d’entreprise ont opté dans 69 % des cas pour l’option la plus risquée, alors que les 23 autres participants n’ont opté pour celle-ci que dans 42 % des cas. Une régression multi-variée confirme que le fait d’être chef d’entreprise est la seule variable influençant l’attitude face au risque. Nous retrouvons une hypothèse classique en économie : l’entrepreneur a moins d’aversion pour le risque. Retrouver ce résultat nous conforte dans la fiabilité des données car si les professionnels ont passé beaucoup moins de temps sur ces choix entre loteries que le jeu de la contribution sur lequel nous nous sommes focalisés, ils ont parfaitement compris ces choix.

Conclusion

46Les horticulteurs, plus généralement à l’image des agriculteurs, sont assez coutumiers de l’attitude consistant à dire « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». La protection de l’environnement en est un exemple frappant : ils sont largement pour la protection de l’environnement mais rares sont ceux qui engagent une démarche dans ce sens. Dans la plupart des cas, ils encouragent les démarches qualité tout en ne les mettant réellement en pratique que si elles sont financièrement rentables. Ce type d’étude peut aider le secteur horticole à comprendre les enjeux réels des démarches qualité en soulignant notamment la différence entre la protection de l’environnement, qui est un bien collectif, et la protection de la santé, qui est un bien privé pour chaque consommateur.

47Cependant, la principale conclusion de cette étude tendrait plutôt à ne pas les rendre responsables du manque d’organisation économique de la filière ornementale. Il reste que le constat de cette absence devrait tout de même les pousser à s’organiser, comme ils viennent de le faire en récréant récemment une interprofession. Cela devrait également inciter les organismes professionnels à redoubler d’efforts lors d’actions collectives valorisant la filière, sans rejeter la responsabilité d’un éventuel échec sur les producteurs. Dans ce sens, le résultat du pôle de compétitivité « Végétal spécialisé Anjou-Loire » reconnu à vocation mondiale en juillet 2005 sera un test de la capacité à s’organiser dans chacune des filières intégrées au végétal spécialisé, y compris celles étudiées ici.

  • 13 Cf. Journal officiel du 12 mai 2005.

48Plus généralement, ces résultats montrent que ce sont les organismes publics qui doivent piloter les actions collectives nécessaires en ornement, notamment à travers l’interprofession Val’Hor relancée en 2005 par un arrêté13 rendant la cotisation à cette interprofession obligatoire pour tout acteur de la filière ornementale. Un premier pas a été fait mais doit encore être développé dans un contexte international où les pays concurrents s’organisent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becker G. (1965). A Theory of the Allocation of time. Economic Journal, n° 75, p. 493-508.
DOI : 10.2307/2228949

Davis D., Holt C. (1993). Experimental Economics. Princeton University Press, chapitre 6, p. 317-379.

Eber N., Willinger M. (2005). L’économie expérimentale. Paris, La Découverte, Collection Repères.

Friedman J., et Sunder S. (1994). Experimental Methods: A primer for economists. Cambridge University Press.

Jeannequin B., Dosba F., Amiot-Carlin M.-J. (2005). Fruits et légumes : caractéristiques et principaux enjeux. Paris, Inra Editions.

Kahneman D., Tversky A. (1979). Prospect Theory: An Analysis of Decision under Risk. Econometrica, n° 47, p. 263-291.

Kane A. (2004). Comparaison de la coordination sur le marché des producteurs de fruits et légumes et de l’ornement. Dossier de recherche de 3e cycle, Institut national d’Horticulture, Angers.

Keser C. (2000). Le financement des biens publics par des contributions volontaires : Une évaluation à l’aide de l’économie expérimentale. CIRANO Série scientifique 2000s-37.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kreps D. (1990). Game Theory and Economic Modelling. Oxford University Press.
DOI : 10.1093/0198283814.001.0001

Leylard C. (1995). Public Goods: A Survey of Experimental Research. In Kagel J., Roth A. (Eds), “The Handbook of Experimental Economics”, Princeton University Press, p. 111-194.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Samuelson p. (1954). The Pure Theory of Public Expenditure. Review of Economics and Statistics, n° 36, p. 387-389.
DOI : 10.2307/1925895

Widehem C. (1998). L’horticulture ornementale : stratégie d’entreprises et innovation technologique – L’exemple de la France. Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier la page 25.

2 Oniflhor (2005b), Chiffres-clés 2004, L’horticulture ornementale. Disponibles en ligne http://www.oniflhor.fr/

3 Oniflhor (2005a), Chiffres-clés 2004, Fruits et légumes frais et transformés. Disponibles en ligne http://www.oniflhor.fr/

4 Voir en particulier les pages 40-43.

5 Voir en particulier la page 7.

6 Cf. pages 149-150.

7 FLD Magazine, Fruits, légumes, distribution.

8 Chacune des stratégies des professionnels sont optimales, étant donné les stratégies choisies par les autres participants au jeu. Il s’agit d’un équilibre non-coopératif.

9 À l’optimum de Pareto, il est impossible d’améliorer la situation d’un des professionnels, sans détériorer la situation d’au moins un autre participant au jeu : c’est un optimum social.

10 Plus précisément, toutes les situations où au moins 20 joueurs placent 10 € en investissement collectif sont des optima : dans le cas de 4 joueurs (et a fortiori s’il y en a moins) investissant en privé, chaque centime qu’ils ajouteraient en investissement collectif ne leur rapporterait que 1,67 centime contre 2 dans l’investissement privé.

11 Pour des revues de littérature, voir Davis et Holt (1993), Keser (2000) ou Leylard (1995).

12 Voir en particulier le chapitre 5.

13 Cf. Journal officiel du 12 mai 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractérisation de l’offre dans les deux filières
Crédits Source : enquêtes des auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/969/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Tableau 2. Caractérisation de la demande dans les deux filières
Crédits Source : enquêtes des auteurs
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/969/img-2.png
Fichier image/png, 20k
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/969/img-3.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/969/img-4.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://economierurale.revues.org/docannexe/image/969/img-5.png
Fichier image/png, 1,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Blondel et Caroline Widehem, « Les producteurs en ornement sont-ils individualistes ? Une étude expérimentale », Économie rurale, 294-295 | 2006, 107-116.

Référence électronique

Serge Blondel et Caroline Widehem, « Les producteurs en ornement sont-ils individualistes ? Une étude expérimentale », Économie rurale [En ligne], 294-295 | Juillet-octobre 2006, mis en ligne le 06 novembre 2008, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://economierurale.revues.org/969

Haut de page

Auteurs

Serge Blondel

Laboratoire de recherche en gestion et économie, Institut national d’horticulture, Angers

Caroline Widehem

Laboratoire de recherche en gestion et économie, Institut national d’horticulture, Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page